Ski et planche

Laurence St-Germain sacrée championne du monde!

Publié | Mis à jour

Laurence St-Germain a causé toute une surprise ce matin en remportant la médaille d’or lors du slalom du championnat mondial présenté à Courchevel et Méribel en France.

À la recherche du premier podium de sa carrière, St-Germain a fait les choses en grand en gagnant l’or et en mettant du même coup fin à une sécheresse de plus de 60 ans pour le Canada en slalom chez les femmes.

 Aux Jeux olympiques de Squaw Valley en 1960, qui servaient aussi de championnat mondial, Anne Heggtveit avait remporté l’or en slalom.

«C’est vraiment énorme ce qui vient de se passer, a-t-elle exprimé. Je fais maintenant partie des meilleures et mon nom sera inscrit dans l’histoire. Je croyais à mes chances de victoire, mais j’avais des doutes la journée des courses. Aujourd’hui après la première descente, j’ai répété ma visualisation et je suis restée calme malgré la pression. C’est motivant pour les prochaines courses. Ça va me mettre en confiance, mais aussi ajouter un stress de plus.»

Incrédule dans l’aire d’arrivée après sa victoire, St-Germain commençait à réaliser l’ampleur de son exploit quand elle a parlé aux médias en début d’après-midi même si elle disait se retrouver dans un brouillard depuis qu’elle avait franchi la ligne d’arrivée. «C’était spécial d’entendre l’hymne national et de recevoir ma médaille sur le podium, a-t-elle raconté. Je commence à le réalise. Je cours partout, je n’ai pas encore mangé et c’est la première fois que je m’asseois depuis la fin de la course. Je n’ai pas eu le temps de parler aux membres de ma famille, mais je sais que je vais recevoir beaucoup d’amour à mon retour.»

St-Germain occupait le 3e rang après la première manche derrière l’Américaine Mikaela Shiffrin et la Suissesse Wendy Holdener. «Il y avait beaucoup de stress et j’ai transformé cette pression en adrénaline. Entre les deux manches, je n’ai pas fait de vidéos ni parler à mes entraîneurs. Je suis fière comment j’ai géré la pression. Je ne pensais pas à devancer les deux premières au classement, mais simplement à conserver ma 3e place ou ne pas trop reculer.»

«Sur un nuage»

Toujours en 3e place après la deuxième manche avec deux filles à descendre, St-Germain était déjà satisfaite de son résultat. «J’étais sur un nuage, une 3e place c’était déjà irréel et je célébrais avec mes coéquipières quand Ali (Nullmeyer) m’a dit que Wendy était sortie du parcours, a-t-elle raconté. J’ai alors demandé à Lena Durr (l’éventuelle médaillée de bronze) de quel côté je devais me placer sur le podium parce que j’étais convaincue que Shiffrin allait me battre. Elle m’a dit d’attendre un peu parce que les temps de Shiffrin commençaient à descendre et que j’allais peut être me retrouver au milieu du podium.»

À 0 s 61 derrière Shiffrin après une manche, St-Germain a finalement devancé la plus grande médaillée de l’histoire de la Coupe du monde par 0 s 57.

St-Germain skie dans les traces de son idole de jeunesse Mélanie Turgeon qui avait gagné l’or en descente lors des mondiaux de 2003 à St. Moritz. «J’étais une fan de Mélanie quand j’étais jeune et elle venait skier avec notre club à l’occasion, a-t-elle raconté. On s’entraînait dans la piste Mélanie Turgeon au Mont Sainte-Anne et j’avais mon casque signé à chaque année. C’est vraiment spécial et je suis vraiment fière de suivre ses traces.»

Le meilleur résultat de la skieuse de Saint-Férréol-les-Neiges avait été une 6e place aux mondiaux de 2019 à Are en Suède. Même chose en Coupe du monde où elle avait pris le 6e rang à Levi en 2020. Il s’agit d’une quatrième médaille pour le Canada à ces mondiaux.