Alec Nasreddine

Crédit : Kevin Dube

LHJMQ

Le fils d'Alain Nasreddine pourrait jouer dans la LHJMQ

Publié | Mis à jour

Alain Nasreddine a quitté le Québec il y a près de 25 ans, mais ça ne veut pas dire qu’il a oublié ses racines. L’entraîneur adjoint des Stars de Dallas a demandé à ce que son fils, Alec, soit rendu admissible au prochain repêchage de la LHJMQ, même s’il n’habite pas sur le territoire desservi par le circuit.

La demande a été approuvée il y a environ deux semaines. Alec Nasreddine, un attaquant, évolue cette saison avec le programme des Hounds de Notre Dame, en Saskatchewan. Il s’agit toutefois de sa première saison au Canada, lui qui avait passé la majorité de son parcours de hockey mineur au New Jersey, où son père a agi à titre d’adjoint à l’entraîneur avec les Devils de 2015 à la saison dernière.

Plusieurs options

Naturellement, l’option de poursuivre sa route aux États-Unis, dans un collège américain ou dans l’USHL, la ligue junior chez nos voisins du Sud, demeure bien ouverte chez les Nasreddine.

«On voulait lui ajouter l’option du junior majeur canadien. Avec notre adresse postale, il aurait été admissible au repêchage de la Ligue de l’Ontario [OHL]. En tant que Québécois, je voulais que, s’il décide de jouer junior, il le fasse dans la LHJMQ. Mon gars est rendu en âge de prendre ses propres décisions, mais il était très à l’aise avec ça», mentionne Nasreddine, joint mardi soir à sa résidence du Texas.

Pour le Québécois, qui a passé quatre saisons dans la LHJMQ, de 1991 à 1995, avec les Voltigeurs de Drummondville, puis avec les Saguenéens de Chicoutimi, il était important de s’assurer que son fils passe par le Québec s’il décidait d’emprunter le chemin de la Ligue canadienne de hockey.

«Je suis passé par la voie de la LHJMQ, je suis un Québécois et ma famille y est toujours. C’est très important pour moi. Cette ligue m’a beaucoup donné et m’a aidé à me rendre où je suis rendu.»

Pas un Crosby

Nasreddine tient d’ailleurs à spécifier ceci : «Mon gars, ce n’est pas un talent spécial. Ce ne sera pas le prochain Sidney Crosby. Mais c’est un bon petit joueur et on veut qu’il puisse avoir plusieurs options».

Une autre option qui se présente à lui : le programme national de développement américain. Alec Nasreddine a passé la première étape et est toujours dans le processus de sélection pour cette formation.

D’ailleurs, l’autre fils d’Alain Nasreddine, Loic, évolue lui aussi avec les Hounds de Notre Dame. Il est une année plus jeune qu’Alec.