Crédit : AFP

Athletisme

Le FBI aidera Usain Bolt à retrouver ses millions

Publié | Mis à jour

Le légendaire sprinteur Usain Bolt a perdu 12,7M$ au cours des 13 dernières années dans une affaire de fraude, ce qui a forcé le gouvernement jamaïcain à faire appel au FBI. 

 Le détenteur de huit breloques dorées aux Jeux olympiques a presque tout perdu après avoir investi son argent dans la compagnie Stocks and Securities Limited, une société de courtage établie à Kingston, la capitale de la Jamaïque.

En plus de Bolt, plusieurs clients âgés ont été touchés par cette importante fraude. Même le gouvernement jamaïcain y avait investi des sommes, a révélé le ministre des Finances Nigel Clarke.

Selon ce dernier, la société de courtage a falsifié des déclarations qu’elle remettait à ses clients. C’est la compagnie elle-même qui a alerté les autorités, il y a quelques semaines, après qu’un de ses gestionnaires eut commis une fraude.

Crédit photo : Photo d'archives AFP

Selon les avocats d’Usain Bolt, il ne reste plus que 12 000 $ dans le compte de celui qui était jadis considéré comme l’homme le plus rapide sur la Terre. Ses représentants ont exigé que la firme rembourse la somme manquante d’ici vendredi.

Outre le FBI, le gouvernement jamaïcain a demandé à d’autres partenaires internationaux leur collaboration dans ce dossier.

«Nous allons découvrir exactement comment les fonds ont été volés, qui a bénéficié de cette fraude et qui a orchestré le tout, a assuré le ministre Clarke, selon le quotidien britannique “Evening Standard”.

«La colère et le malaise que nous ressentons ont été amplifiés par la longue période sur laquelle la fraude aurait été perpétrée. De plus, les suspects semblent avoir visé de façon délibérée des personnes âgées, ainsi que notre icône nationale bien-aimée Usain Bolt.»

Notons que l’enquête en est encore à ses balbutiements, et que les informations révélées jusqu’à maintenant pourraient ne représenter que la pointe de l’iceberg. Nigel Clarke a maintenu que les autorités jamaïcaines n’allaient pas y aller de main morte avec les coupables.

«Si tu voles des déposants, que tu trompes des investisseurs et que tu mets notre système financier en situation précaire, la société jamaïcaine te voudra derrière les barreaux pour une longue période», a-t-il averti.