TBA_7993 Jonathan Aspirot

Photo : Le défenseur Jonathan Aspirot s’aligne avec les Sénateurs de Belleville, dans la Ligue américaine. Crédit : Photo fournie par Tim Austen/Freestyle Photography

LNH

Jonathan Aspirot a de la sympathie pour Cole Caufield

Publié | Mis à jour

Cole Caufield a mis fin à sa saison afin de subir une opération à son épaule droite. S’il y en a un qui peut comprendre l’état d’esprit et le processus de l’attaquant du Canadien, c’est le défenseur Jonathan Aspirot.

Le Québécois a dû prendre la même décision que Caufield à la fin de sa dernière saison avec les Sénateurs de Belleville, dans la Ligue américaine. 

« Ce n’est pas évident comme décision, a expliqué Jonathan Aspirot. À la fin d’une saison, on prend un mois de repos. Avec l’opération, ta pause sera plutôt de quatre à six mois avant de pouvoir rejouer un match. C’est un long processus. » 

« Avant d’aller dans cette direction, il y a beaucoup de choses à prendre en considération comme ta situation contractuelle, le moment de l’opération dans ta carrière et les avis médicaux. »

Après des discussions avec les Sénateurs d’Ottawa, Aspirot et son agent Paul Hamel ont opté pour l’opération pour régler une blessure qui perdurait depuis quelques années. 

« Je me suis blessé à l’épaule droite lors de la saison 2020-21. J’ai joué avec un inconfort pendant deux ans. J’avais une déchirure partielle au labrum, mais en arrière. »

« Dans ce type de situation, l’épaule est moins instable que si la déchirure avait été à l’avant. Si l’épaule de Caufield était instable, il est possible que sa déchirure soit en avant du labrum. »

Une longue route

Après son intervention chirurgicale, Aspirot a amorcé une longue route qui l’a mené à un retour au jeu, le 26 décembre dernier. 

« Ce n’était pas évident de voir les autres joueurs se battre pour une place au début de l’année, a expliqué le défenseur de 23 ans. Dans ce temps-là, tu te concentres sur les choses que tu as à faire et ta propre progression. »

« Je suis allé quand même au camp pour faire des traitements et commencer à faire des exercices de renforcement. Ça m’avait fait du bien d’être avec les boys et d’être dans une ambiance de hockey », poursuit-il.

Un peu d’hésitation

Lors de son retour sur patins, Aspirot a essayé de ne pas trop penser à la blessure qui lui a fait rater plusieurs mois d’activités. 

« Peu importe le type de blessure, il y a toujours un peu d’hésitation. Après une opération, tu as toujours un mois d’entraînements complets avec ou sans contacts. On y va de façon graduelle. »

« Après certaines sessions, j’ai testé mon épaule avec des batailles à un contre un. Tout cela te sert à te préparer pour tes premiers matchs. »

Il a eu un sentiment de soulagement lors son premier match avec les Senators. 

« C’était un peu stressant. Ce n’était jamais arrivé que je passe un été sans toucher à la glace. Le processus de préparation a vraiment été différent. »

« Lorsque j’ai sauté sur la glace, je me suis senti comme un enfant à son premier match à vie. Tout s’est super bien déroulé », a-t-il conclu.

À ses 12 premiers matchs cette saison, Jonathan Aspirot a récolté six points et un différentiel de +3.