LNH

«Quel œil au beurre noir pour la Ligue nationale!»

Publié | Mis à jour

Deux incidents ont suscité des réactions négatives à travers la LNH au cours de la dernière fin de semaine. Les deux impliquaient des entraîneurs-chefs.

Le congédiement de Bruce Boudreau, relevé de ses fonctions après des semaines de ouï-dire, puis la nonchalance déconcertante de Darryl Sutter après le premier match de Jakob Pelletier ont fait couler beaucoup d’encre.

Ci-dessus, voyez le segment «Le Coin du "coach"» avec Michel Therrien et Jean-Charles Lajoie.

• À lire aussi: «Des images difficiles à regarder» - Perreault

• À lire aussi: Jakob Pelletier réagit aux propos de Darryl Sutter

Deux cas complètement différents, mais qui assombrissent l’image du circuit Bettman, croit l’ex-pilote Michel Therrien.

«Quel œil au beurre noir pour la Ligue nationale en fin de semaine!», s’est-il désolé, lundi, lors de sa chronique à JiC.

Boudreau : inacceptable

Pour Therrien, Boudreau n’a jamais été l’homme du président des opérations hockey, Jim Rutherford, embauché après l’arrivée de l’instructeur chevronné, ce qui n’excuse en rien la façon dont il a géré son sort.

Il est d’avis que «la confrérie des entraîneurs est bouleversée» par le traitement qui lui a été réservé. 

«On a voulu lui faire porter le chapeau pour la saison difficile, mais il ne faut pas oublier qu’on joue sans gardien numéro un ou numéro deux, a-t-il noté. Je suis très surpris qu’il ait dit publiquement la semaine dernière qu’il cherchait déjà un candidat. 

«Bruce Boudreau, que tu l’aimes ou pas, la notion du respect doit être là. Tout le monde a de la difficulté à accepter ça. Je n’ai jamais vu un entraîneur se faire applaudir lorsqu’il se fait congédier.»

Crédit photo : Photo d'archives, Martin Chevalier

À savoir si Rutherford devrait être sanctionné à l’interne, Therrien aimerait que les hautes sphères de la Ligue s’en mêlent.

«Ce sont des choses qui ne se font pas. Ce n’est vraiment pas impressionnant ce qui se passe à Vancouver. J’espère que le propriétaire va mettre le pied dans la porte et dire "c’est mon équipe, c’est mon image". 

«J’irais même jusqu’à dire à Gary Bettman qu’il doit s’impliquer. Tu ne peux laisser aller les choses comme ça.»

Sutter a manqué de respect

En ce qui a trait à Pelletier, choix de premier tour des Flames de Calgary en 2019, Therrien croit qu’il a manqué de respect envers le Québécois.

«Ça n’a aucun sens!», a-t-il fait savoir.

Rappelons qu’en plein point de presse, samedi soir, lorsque les journalistes l’ont appelé de commenter les débuts de l’attaquant de 21 ans dans la LNH, l’instructeur albertain a demandé quel numéro il portait en lisant la feuille de pointage.

Therrien aurait bien aimé voir comment Sutter se serait comporté si un entraîneur avait parlé ainsi de son fils après son baptême de feu.

«Tous les efforts qu’une famille fait pour finalement arriver au but ultime... si ç’avait été l’inverse, je ne suis pas sûr qu’il aurait été content qu’un gars dise des niaiseries comme ça. 

«Darryl Sutter est un bon entraîneur, mais il y a des limites. Il y a une ligne de respect à ne pas traverser. Ce qu’il a fait avec le petit Pelletier, il a traversé cette ligne-là.»

Le lendemain, Pelletier a été amené sur les propos de Sutter, une situation peu commode.

«C’est tellement n’importe quoi.»