Devils vs Canadiens

Photo : Anthony richard Crédit : Photo d'archives, Martin Chevalier

Canadiens de Montréal

Rocket: Anthony Richard est retombé sur ses pieds

Publié | Mis à jour

Après un séjour d’un mois chez le Canadien, Anthony Richard a eu besoin de quelques jours pour retrouver ses repères chez le Rocket. 

« Les premiers matchs ont été de l’ajustement surtout au niveau de la vitesse de jeu, a indiqué Richard. Depuis la fin de semaine dernière, je me sens super bien sur la glace. »

Quelques heures après son renvoi dans la LAH, Richard a vu ses coéquipiers Raphaël Harvey-Pinard et Rem Pitlick être rappelés par le grand club. Est-ce que Richard a eu un pincement au cœur en voyant cette situation ?

« J’en parlais avec JF [Houle] au début de la saison et on s’attendait à beaucoup de mouvements de personnel. Je pense que c’était dans les plans de l’équipe et les dirigeants voulaient donner la chance à ceux qui avaient produit l’an dernier Ylo [Ylonen] et HP [Harvey-Pinard] ont très bien joué l’an dernier et c’était une bonne façon de voir où ils en étaient rendus dans leur développement. 

« Moi, je crois que j’étais une carte cachée et ils n’espéraient pas que je joue aussi bien. Ils ont été agréablement surpris. »

On ne connaît pas les raisons officielles de son retour dans la LAH, mais Richard a laissé une belle carte de visite au Canadien. Il a notamment inscrit son premier but dans la LNH. Un moment qu’il n’oubliera jamais. 

« Quand j’ai vu la rondelle rentrer dans le but, j’étais juste vraiment content. Les autres joueurs sont venus me féliciter. Ça m’a donné un coup de savoir que c’était le premier. J’ai eu un sourire que j’ai eu de la misère à enlever. »

Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM

Comme dans le junior

À son retour avec le Rocket, Richard a eu l’impression de revivre ses années dans le junior. Pourquoi ? Il a retrouvé deux de ses anciens coéquipiers de l’époque avec les Foreurs de Val-D’Or, Olivier Galipeau et Anthony Beauregard, dans le vestiaire. 

« On a gagné la Coupe du Président ensemble, a-t-il expliqué. J’étais content de les revoir parce qu’on s’était perdus de vue un peu dans les dernières années.

« Je suis content qu’ils soient ici et qu’ils aient une bonne chance de se faire valoir avec les blessés. »