Crédit : Photo AFP

Internationaux d'Australie

Mission accomplie pour Auger-Aliassime!

Publié | Mis à jour

Ce ne fut pas si simple pour Félix Auger-Aliassime depuis le début de ces Internationaux d’Australie, mais le Québécois s’est finalement dit «globalement heureux de son niveau de jeu», vendredi, après sa victoire au troisième tour contre l’Argentin Francisco Cerundolo.

Si «FAA» a de nouveau échappé une manche au passage, s’imposant 6-1, 3-6, 6-1 et 6-4, en 2 h 35 min contre le 28e favori de la compétition, il estimait «que cette rencontre était positive pour la suite du tournoi».

«J’ai connu un bon départ dans le match, s’est réjoui un Auger-Aliassime souriant et détendu en conférence de presse. Je suis heureux de la façon dont j’ai commencé. Je jouais mon meilleur tennis. Puis, après, il est normal que votre adversaire réagisse.»

En 25 petites minutes

À voir Félix aller dans cette première manche, bouclée en 25 petites minutes, on croyait bien que le sixième favori ne s’éterniserait pas sur le John Cain Arena bien rempli en cette fin d’après-midi à Melbourne.

Devant lui se trouvait un joueur qui, hormis quelques jolis coups ici et là, n’avait pas les armes pour battre Félix, qui avait fait de bons ajustements depuis sa dernière prestation.

Une « balade dans le parc » aurait sûrement été fort appréciée par le joueur de 22 ans, lui qui avait mis près de quatre heures pour éliminer son compatriote Vasek Pospisil au premier tour, puis un peu plus de trois heures pour venir à bout du Slovaque Alex Molcan en deuxième ronde. En comblant un déficit de deux manches à zéro, faut-il rappeler.

Mais le « FAA » agressif et précis a peu à peu disparu au deuxième set pendant que, comme le Québécois le soulignait après la rencontre, son adversaire avait un sursaut d’orgueil.

Les deux joueurs se sont échangé des bris au début de la manche, avant que Cerundolo ne prenne les devants pour de bon.

Le septième mondial a bien eu quatre occasions de remettre les pendules à l’heure à 5-3 sur le service de l’Argentin, mais il a dû se rendre à l’évidence: ce match n’allait pas de terminer en trois petits sets.

Même s’il gagne le tournoi...

Félix l’avait expliqué après sa victoire contre Molcan: il n’est pas un grand fan des balles utilisées cette année à Melbourne, qui ont tendance à ralentir au fil des échanges et qui n’avantagent pas son tennis.

Son avis n’avait pas changé vendredi, malgré sa qualification pour la ronde des 16. «Et il ne changera pas non plus si je remporte le tournoi!» a-t-il lancé en riant.

Le Québécois a toutefois profité de sa journée de pause de jeudi pour apporter quelques ajustements à son jeu, et ceux-ci se sont avérés payants.

Les deux autres manches ont toutefois été toutes à l’avantage du Québécois, qui a rapidement brisé au début de la troisième, puis de la quatrième.

Le 28e favori a sauvé trois premières balles de match sur son service, mais n’a rien pu faire quand Auger-Aliassime s’en est à nouveau procuré au jeu suivant.

En deuxième semaine

Voilà donc le Québécois en deuxième semaine du premier tour majeur de la saison, un fait qu’il a relevé lors de la traditionnelle dédicace de la lentille de caméra, après sa victoire.

Un résultat qu’il avait aussi réussi l’an dernier, se rendant même en quarts de finale, où il avait été stoppé par l’éventuel finaliste, le Russe Daniil Medvedev.

Mais malgré cette signature, Félix «n’a pas une approche différente à ce stade du tournoi». «Je me prépare pour chaque affrontement avec le même sérieux ou la même discipline», a-t-il pointé.

Au moment de rencontrer les journalistes, Félix pensait qu’il croiserait le fer dimanche avec le Britannique Cameron Norrie, 11e favori à Melbourne. Un joueur qu’il a affronté à six occasions depuis le début de sa carrière... et qu’il a battu cinq fois.

Norrie a toutefois perdu en cinq manches et son prochain rival sera plutôt le surprenant Tchèque Jiri Lehecka, 71emondial, à qui le Québécois ne s’est encore jamais mesuré.

«Je sais qu’à partir de ce moment, et pour tous les matchs qui vont suivre, je dois jouer mon meilleur tennis, a affirmé la sixième tête de série. Et si je ne joue pas mon meilleur tennis, je dois être au meilleur de ma forme mentale et physique.»

C’est déjà bien reparti.