Crédit : AFP

Soccer

Dani Alves placé en détention pour agression sexuelle

Publié | Mis à jour

Une juge espagnole a ordonné vendredi le placement en détention provisoire du footballeur brésilien Dani Alves pour l'agression sexuelle présumée d'une jeune femme dans une discothèque de Barcelone fin décembre, des faits qu'il nie catégoriquement.

«Le tribunal d'instruction numéro 15 de Barcelone a entendu aujourd'hui le footballeur Dani Alves, accusé par une femme d'un délit présumé d'agression sexuelle pour des faits qui seraient intervenus dans une discothèque de Barcelone en décembre», a indiqué le Tribunal supérieur de justice de Catalogne dans un communiqué succinct. 

«La magistrate a décidé le placement en détention provisoire du joueur, comme l'avait demandé plus tôt le parquet», a ajouté l'instance.

Quelques heures plus tard le club mexicain des Pumas a annoncé qu'il avait mis fin au contrat de Dani Alves. «Avec cette décision, le club réitère son engagement à ne tolérer aucun acte d'aucun membre de notre institution, qui que ce soit, à porter atteinte à l'esprit universitaire et à ses valeurs», a détaillé le président du club de l'Université nationale du Mexique (UNAM), Leopoldo Silva.

Selon une source proche du dossier, la jeune femme accuse l'international brésilien de 39 ans de «viol», qualification pénale faisant partie des agressions sexuelles dans le code pénal espagnol. La jeune femme a réitéré ses accusations vendredi devant la magistrate, toujours selon cette source.

Les faits se seraient déroulés dans les toilettes d'une discothèque à la mode de Barcelone dans la nuit du 30 au 31 décembre, selon les médias.

Convoqué vendredi matin dans un commissariat de Barcelone, le footballeur avait été «placé en garde à vue» avant d'être transféré vers le tribunal de Barcelone pour être présenté devant cette juge, avait indiqué à l'AFP la police régionale catalane.

Le tribunal avait annoncé l'ouverture d'une enquête pour agression sexuelle le 10 janvier, après le dépôt d'une plainte par la jeune femme huit jours plus tôt.

D'après la source proche du dossier, le placement en détention provisoire de Dani Alves a été décidé en raison du risque de «fuite» du joueur brésilien, et de l'absence de traité d'extradition entre le Brésil et l'Espagne. 

Alves nie les faits

Dans un message vidéo transmis à la chaîne espagnole Antena 3 et diffusé le 5 janvier, le joueur a nié catégoriquement les faits.

«J'aimerais tout d'abord démentir. J'étais là, dans cet endroit, je passais une bonne soirée avec d'autres personnes, mais sans envahir l'espace des autres, avait-il affirmé. Je ne sais pas qui est cette jeune femme, je ne la connais pas.»

«Le 30, il est allé dîner avec ses amis, pour déconnecter un peu, il en avait bien besoin. Il est sorti danser et profiter de la musique comme il sait le faire. Et c'est tout. Il n'a rien fait de mal», a affirmé pour sa part son épouse espagnole, Joana Sanz, dans une interview diffusée le 9 janvier sur la même chaîne, qualifiant cette information de «sans queue ni tête».

Ex-joueur du FC Barcelone, de la Juventus et du Paris Saint-Germain, footballeur le plus titré au monde (43 trophées), Alves avait passé quelques jours de vacances à Barcelone fin décembre après avoir participé au Mondial au Qatar avec la sélection brésilienne et avant de retrouver son actuel club des Pumas de Mexico. 

Au Qatar, le défenseur de 39 ans est devenu le Brésilien le plus âgé jamais aligné en Coupe du monde.

Après des débuts à 18 ans avec l'équipe première de l'Esporte Clube Bahia au Brésil, Alves a été rapidement repéré par les clubs espagnols.

Arrivé au Séville FC en 2002, il rejoint six ans plus tard le club qui verra ses plus grands succès: le FC Barcelone, avec lequel il remporte 23 titres de 2008 à 2016 dont trois Ligues des champions, six Liga et quatre Coupes du Roi.

Il quitte ensuite le Camp Nou pour Turin et la Juventus où il ne restera qu'une saison, le temps de glaner un Scudetto et une Coupe d'Italie.

Alves est ensuite parti au PSG, où il a retrouvé son compatriote Neymar. Se plaisant peu à Paris, il est reparti au Brésil en 2019 avant de faire un bref retour de six mois au Barça. Il a également été sacré champion olympique avec le Brésil aux JO de Tokyo-2020.

Très présent sur les réseaux sociaux, Alves y a interpellé en 2019 le président brésilien Jair Bolsonaro pour ses propos homophobes, misogynes et racistes, avant finalement de lui apporter son soutien lors de la présidentielle de 2022.