LNH

«On pourrait être des acheteurs» - Pierre Dorion

Publié | Mis à jour

Le directeur général des Sénateurs d’Ottawa, Pierre Dorion, serait certainement content de voir le populaire acteur canadien Ryan Reynolds figurer parmi un éventuel nouveau groupe de propriétaires de l’équipe.

La rumeur veut, depuis plusieurs semaines, que Reynolds soit sur les rangs pour acquérir l’équipe avec d’autres partenaires. Une avenue qui serait positive pour tout le monde, a estimé Dorion, mercredi, en entrevue à «JiC».

«L'ajout de Ryan Reynolds au nouveau groupe de propriétaires serait un bonus, a-t-il indiqué. On regarde ce qu'il a fait avec son club de soccer (Wrexham), tout est positif. Ce serait bon pour l'organisation, pour nos partisans. Pouvoir être associé à un acteur américain aussi gros, ce serait même bon pour la Ligue nationale!»

En attendant, l’homme de hockey franco-ontarien garde le contact avec les filles du regretté Eugene Melnyk, qui détiennent toujours l’équipe.

«J'échange des courriels avec elle, je leur parle de temps en temps, mais je parle plus au gouverneur de l'équipe lorsqu'on fait de gros contrats, comme lorsqu'on a signé Tim Stützle en début de saison, a-t-il illustré. Lorsque je fais un gros échange comme celui d'Alex DeBrincat, je leur parle pour ces choses-là. Les filles sont ici de temps en temps, mais pas au quotidien.»

Soulignant que Reynolds est «très gentil», Dorion a indiqué que ce dossier en suspens n’accapare pas trop l’esprit des joueurs et des décideurs au plan hockey.

«On ne va pas se cacher qu'on a tous hâte de savoir qui seront les nouveaux propriétaires, mais nos joueurs sont des professionnels et nous, on se prépare comme on l'a toujours fait», a-t-il énoncé.

Acheteur ou vendeur?

Après un début de saison compliqué, les Sénateurs ont repris du poil de la bête à partir de la fin novembre. Si jamais l’équipe devait se replacer dans la course aux séries au cours des prochaines semaines, elle pourrait bien bouger à la date limite des transactions, et pas à titre de vendeuse.

«Si on va sur une lancée et qu'on gagne plusieurs matchs d'ici la date limite des échanges, je ne nous vois pas comme vendeurs ou sur le statu quo: on pourrait être des acheteurs, a avancé Dorion. On a beaucoup d'espoirs, on n'a pas eu peur d'utiliser des choix au repêchage pour acquérir DeBrincat durant l'été, donc si on voit qu'on a une chance pour les séries, je nous vois plus parmi les acheteurs que les vendeurs.»

Dorion a également confirmé qu’il n’avait jamais eu l’intention de limoger l’entraîneur de l’équipe, D.J. Smith, lorsque les choses allaient moins bien en début de calendrier.

«On doit toujours analyser toutes les situations, je trouvais qu'on jouait du bon hockey, a-t-il expliqué. Si on regarde les statistiques avancées, on avait beaucoup de possession de rondelle et plus de chances de marquer que les autres équipes. Même lorsque notre fiche n'était pas trop favorable, notre effort était toujours là. Parfois, la "puck luck" n'était pas de notre côté.»

«Je n'ai pas vu les joueurs abandonner D.J., les gars me l'ont dit, clairement, qu'ils croyaient encore en lui, a-t-il ajouté. Ils ont travaillé fort pour lui et ça s'est replacé après.»

Stützle, le meilleur

Avec le retour au jeu de Josh Norris, les Sénateurs retrouvent graduellement la santé et une formation plus garnie. Mais le meilleur joueur de l’équipe, parole de Pierre, c’est le jeune attaquant Tim Stutzle.

L’Allemand va «être une super-vedette dans la Ligue nationale, un des cinq ou dix meilleurs joueurs une fois qu'il sera à maturité, a-t-il estimé. C'est un joueur dynamique, avec un talent offensif incroyable. C'est notre meilleur joueur en ce moment.»

En plus, il forme tout un duo avec le rugueux capitaine Brady Tkachuk.

«Un peu de robustesse, de jeu physique, avec le patin et l'exécution à un niveau tellement élevé du côté de Tim, pour nos partisans, c'est quelque chose de très plaisant à voir», a résumé le DG.

Par ailleurs, Dorion ne s’est pas fait prier pour lancer des fleurs au vétéran Claude Giroux, embauché l’été dernier.

«Dans le cas de Claude, il livre la marchandise sur la glace, et hors glace aussi, a-t-il assuré. Il a définitivement aidé Tkachuk et (Thomas) Chabot sur l'aspect leadership au sein de notre équipe, c'est quelqu'un qui montre l'exemple à nos jeunes, on ne peut dire que de bonnes choses à son sujet depuis qu'il est avec nous.»

Voyez l’entretien complet en vidéo principale.