Canadiens de Montréal

Hughes pourrait transiger Monahan et Edmundson

Publié | Mis à jour

Si l’infirmerie du Canadien peut finir par se vider, Kent Hughes recevra assurément des coups de fil de ses homologues désireux de faire l’acquisition d’un vétéran. Le directeur général sera attentif aux propositions, mais évitera de vider son club de ses principales sources de savoir. 

À ce propos, avec la présence de Kaiden Guhle, Arber Xhekaj, Jordan Harris et Justin Barron, des arrières de moins de 23 ans qui se tirent fort bien d’affaire au sein d’une équipe en reconstruction, le directeur général du Canadien pourrait être tenté de se départir de Joel Edmundson ou de David Savard.

On parle ici de deux vétérans ayant remporté la coupe Stanley, une denrée prisée pour une équipe qui songe à connaître un long parcours en séries éliminatoires.

Tout en reconnaissant la possibilité de transiger, Hughes a, une fois de plus, soulevé l’importance de l’équilibre.

«Si on peut conclure une transaction pour un choix au repêchage ou pour amener de la profondeur à une position où l’on est moins bien nanti, il se peut qu’on regarde», a-t-il indiqué.

«On parle de deux joueurs très importants dans le vestiaire, mais également importants sur la glace pour enseigner à nos jeunes joueurs. De la façon dont ils jouent, ils aident les jeunes à apprendre», a-t-il ajouté.

D’ailleurs, en sa qualité de droitier, Savard est pratiquement un intouchable. Des quatre arrières droitiers du Canadien, il est, pour l’instant, le seul véritable régulier. Les autres sont Barron, Johnathan Kovacevic et Chris Wideman.

 Voyez la première partie du point de presse de Kent Hughes dans la vidéo ci-dessus et la deuxième partie ci-dessous. 

Point de presse de K. Hughes, 2e partie -

Le cas Monahan

Sean Monahan, s’il parvient à guérir complètement de sa blessure à un pied, en est un autre pour qui le téléphone de Hughes risque de vibrer.

Sauf que Monahan, que tout le monde voyait sous d’autres cieux dans le dernier droit de la saison, a offert deux excellents mois de service au Tricolore avant de tomber au combat, le 5 décembre, à Vancouver.

On a qu’à constater l’impact de cette absence sur le rendement de Nick Suzuki pour s’en convaincre. Peut-être Hughes aurait-il tout intérêt à lui offrir un nouveau contrat ?

Évidemment, avec une réduction de salaire en comparaison des 6,37 M$ qu’il a touchés pour chacune des sept dernières années.

«C’est certain qu’on est meilleur avec Sean dans la formation », a soutenu Hughes.

Puis, il a partagé l’anecdote suivante.

«Après cinq matchs, tout le monde disait qu’on allait l’échanger. Je l’ai fait venir à mon bureau. Je lui ai dit qu’il faisait partie de cette équipe, qu’il ne serait pas échangé dans les semaines suivantes et de profiter de Montréal.»

Crédit photo : Getty Images via AFP

Près d’un retour

Cela dit, Hughes ignore tout de même quel est l’avenir de celui qu’il a acquis en compagnie d’un choix de premier tour en 2025 pour absolument rien.

«Je lui ai dit que trois choses pouvaient arriver : qu’il reste ici, qu’on l’échange simplement ou qu’on l’échange en le ramenant au cours de l’été.»

Et il ne sera probablement pas fixé avant que Monahan ne revienne au jeu.

«Sean est près d’un retour», a conclu Hughes, à ce sujet.