Canadiens de Montréal

«Sam est en train de faire sa place»

Publié | Mis à jour

Saisir l’occasion, prendre la chaise, démontrer sa valeur. Peu importe la formule qu’on veut lui donner, Samuel Montembeault profite de l’absence de Jake Allen pour connaître ses meilleurs moments dans l’uniforme du Canadien. 

Mardi soir, face aux Jets de Winnipeg, le gardien de Bécancour disputait un cinquième match consécutif. Une cinquième soirée de travail en neuf jours. Une tâche de travail colossal même pour un gardien habitué au rythme d’un numéro un.

Au cours de cette séquence, l’homme masqué de 26 ans a maintenu un dossier de trois gains contre deux revers. Mais ce qui est remarquable, c’est le taux d’efficacité de ,946 qu’il a affiché au cours de ces rencontres. Des matchs au cours desquels, à l’exception de celui de mardi, ses coéquipiers en ont arraché défensivement.

«Sam est en train de faire sa place. On verra de quelle façon il progresse et quelles décisions on prendra lors des prochains matchs», avait déclaré Martin St-Louis, en matinée, à propos de la tâche qui pourrait incomber au gardien de Bécancour dans les semaines à venir.

C’est le jour et la nuit par rapport à l’an dernier où Montembeault avait connu sa part de difficulté. À sa défense, rappelons que l’équipe était moribonde et qu’il avait joué en dépit d’une blessure au poignet droit pendant une bonne partie de la saison. Blessure qui l’a même forcé à passer sous le bistouri au cours de l’été.

«Je ne le connaissais pas beaucoup avant d’arriver ici, a raconté St-Louis. Mais l’an dernier, il a solidifié sa position comme gardien de la LNH. Cette année, il a fait un pas de plus. Il nous a donné de très bons matchs. Il a été très constant. »

«Les matchs où il a été moins bon, on était nous-mêmes moins bons devant lui. Quand on joue bien, il nous donne une chance de gagner», a-t-il poursuivi.

Cela dit, est-ce que Montembeault peut aspirer au titre de gardien numéro un? À cette question, l’entraîneur-chef du Canadien a préféré jouer de prudence.

«Je pense qu’on n’a pas assez d’informations pour faire cette déclaration. Mais récemment, Sam joue du bon hockey. Je lui lève mon chapeau, a-t-il indiqué. De la façon dont on se comporte devant lui l’aide à gérer son match. Il y a eu plusieurs rencontres où nous n’étions pas solides devant nos gardiens. Présentement, on rend leur tâche moins difficile.»

Point de presse de Martin St-Louis -

De bon augure pour Hughes

Une chose est certaine. Montembeault a éclipsé Cayden Primeau de la course. Quelques contre-performances de sa part auraient pu être catastrophiques ou relancer un débat. 

Maintenant, c’est Kent Hughes qui doit se frotter les mains.

Advenant que Jake Allen se rétablisse suffisamment de la blessure au haut du corps qui le tient à l’écart du jeu pour intéresser une équipe à l’approche de la date limite des transactions, la tenue de Montembeault permettra au directeur général d’être plus à l’aise à l’idée de laisser partir son vétéran.

Considérant qu’Allen touchera 3,85 M$ pour chacune des deux prochaines saisons, comparativement à 1 M$ pour Montembeault, dont le contrat viendra à échéance à la fin de la prochaine campagne, garder les services de Montembeault lui permettra de faire des économies substantielles sous le plafond salarial.

De moins, pour une saison.

Point de presse de Samuel Montembeault -