Patrick Roy, match pre-saison des Remparts contre Oceanic de Rimouski, Complexe Multidisciplinaire de Ancienne-Lorette, Quebec, 23 aout 2022, Photo PASCAL HUOT / AGENCE QMI

Crédit : Photo d'archives

LHJMQ

Patrick Roy à deux victoires de passer à l’histoire

Publié | Mis à jour

Cinq entraineurs dans l’histoire de la LHJMQ ont atteint le plateau des 500 victoires. Un sixième s’y ajoutera sous peu : Patrick Roy.  

L’entraineur-chef des Remparts de Québec compte 498 matchs gagnés derrière le banc des Diables rouges et il pourrait donc atteindre le plateau des 500 samedi face à l'Océanic de Rimouski. Il rejoindrait ainsi le groupe sélect composé de Richard Martel (589), Guy Chouinard (569), Yanick Jean (553), Mario Durocher (546) et Réal Paiement (541).

Devant les médias de Québec, mardi, Roy mentionnait ne pas être au courant du plateau qu’il s’apprêtait à franchir. 

«C’est certain que ça me fait réaliser la chance que j’ai de pouvoir travailler dans ce que j’aime, le hockey, et que la passion a toujours été là. Ça m’amène aussi à réfléchir sur les gens qui m’ont aidé», a mentionné Roy, hier matin, en citant notamment le président de l’équipe Jacques Tanguay ainsi que la directrice de services à l’équipe, Nicole Bouchard. 

Au-delà des victoires, c’est surtout l’implication auprès de centaines de joueurs junior au fil de sa carrière qui rend Roy particulièrement fier. 

«Quand j’ai commencé, mon objectif n’était pas de devenir un entraîneur de la LNH. Je voulais faire carrière dans le hockey junior. [...] Ce qui me rend le plus fier, c’est d’avoir pu redonner à mon sport et permettre à certains joueurs de réussir comme joueurs de hockey mais aussi comme citoyens.» 

Passion

Le capitaine des Remparts Théo Rochette non plus, ne savait pas que l’homme de hockey s’apprêtait à entrer dans l’histoire. 

«Je ne suis pas surpris, a-t-il lancé lorsqu’un collègue lui a résumé l’exploit à sa portée. Ça fait longtemps qu’il est là et c’est un excellent entraineur. Tout le monde l’apprécie dans le vestiaire et je suis vraiment content pour lui qu’il arrive là. On va essayer de lui permettre d’atteindre ce plateau cette semaine.» 

Pour Rochette, c’est notamment cette passion pour le hockey qui a permis à Roy de s’approcher du plateau des 500. 

«Ça parait qu’il a le gout de gagner. C’est un gagnant qui n’aime pas perdre et c’est ça, la passion. Au moment où tu te fous de perdre, c’est là que tu réalises que la passion n’est plus là. Lui, tu vois qu’il l’a encore. » 

Maturité

Le joueur de centre, que Roy a nommé capitaine des Remparts au début de la saison dernière, estime avoir beaucoup grandi sous l’entraineur-chef de 57 ans. 

«Il m’a fait gagner beaucoup de maturité. Quand je suis arrivé à 17 ans, j’avais beaucoup de lacunes dans mon jeu et il a travaillé très fort avec moi. On a fait beaucoup de vidéo ensemble, on regardait tous mes matchs. J’ai beaucoup appris de ça. Depuis que je suis ici, j’ai toujours été proche de lui et il m’a toujours bien conseillé. Il m’a fait gagner de la maturité, que ce soit par rapport au repêchage ou dans la ligue. Je suis vraiment content d’avoir eu la chance de le rencontrer.» 

Roy aura l’occasion de remporter sa 499e victoire mercredi soir à l’occasion de la visite du Drakkar de Baie-Comeau au centre Vidéotron.