Crédit : Getty Images via AFP

NFL

NFL: Les coéquipiers de Lamar Jackson se rallient derrière lui

Agence QMI

Publié | Mis à jour

L’avenir de Lamar Jackson avec les Ravens de Baltimore n’a jamais été aussi incertain, au grand mécontentement de ses coéquipiers.

Lors du bilan de fin de saison l’équipe, au lendemain d’une défaite crève-cœur de 24 à 17 face aux Bengals de Cincinnati, il a bien sûr été question du quart-arrière numéro 1 des Ravens. L’équipe du Maryland ne sait pas encore si elle veut échanger son pivot de confiance, ou bien lui offrir un des pactes les plus faramineux du circuit.

• À lire aussi: Les Cowboys neutralisent Brady et les Buccaneers

• À lire aussi: NFL : les Cardinals ont un nouveau DG

Pour l’ailier défensif Calais Campbell, il ne fait aucun doute que les Ravens devraient casser leur tirelire pour garder les services de Jackson.

«Tu ne peux pas laisser partir un gars comme lui, a-t-il lancé au réseau ESPN. Il y aura toujours un autre joueur au grand potentiel qui pourrait devenir excellent un jour. Mais le football est un business où les garanties sont importantes, et tu sais déjà qui est Lamar Jackson.

«C’est dans le meilleur intérêt de l’organisation des Ravens de lui offrir un contrat à long terme pour qu’il devienne le visage de l’équipe.»

Joueur par excellence du circuit en 2019, Jackson a été ennuyé par les blessures cette saison. Il a été tenu à l’écart pour les six derniers matchs de la campagne en raison d’une blessure au ligament croisé postérieur du genou gauche.

Avant cela, il a récolté 2242 verges et 17 touchés par la voie aérienne, ne subissant que sept interceptions. Grâce à sa grande mobilité, il a aussi inscrit trois majeurs avec ses jambes.

Selon le bloqueur Ronnie Stanley, l’argent n’est pas la priorité du quart-arrière : il veut gagner par-dessus tout.

«Dans ma tête, je suis convaincu qu’il sera ici [la saison prochaine], a-t-il estimé. Il est un compétiteur et il veut gagner. Les Ravens sont son équipe. Le salaire n’est pas la chose la plus importante à ses yeux. Il veut gagner, contrairement à la croyance populaire.»