Jets c. Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Beck veut jouer à Montréal l'an prochain

Publié | Mis à jour

On aurait pu penser que l’ancien directeur général d’Owen Beck avec les Steelheads de Mississauga, James Richmond, a mis une pression indue sur les épaules de son ex-joueur de centre en prédisant qu’il jouerait avec les Canadiens de Montréal la saison prochaine

Or, rencontré dans la salle de conférence de presse du Centre Bell mardi, Beck a répondu avec assurance à cette déclaration culottée. 

«C’est absolument mon objectif la saison prochaine», a indiqué sans se faire prier celui qui vient de remporter l’or après avoir été appelé en renfort par Hockey Canada au Championnat mondial junior. 

Il n’est pas de coutume pour un joueur choisi au deuxième tour d’atteindre la Ligue nationale de hockey à 19 ans, âge à laquelle il ne serait même pas admissible à évoluer dans la Ligue américaine en tant que produit de la Ligue canadienne, mais Beck a laissé une très forte impression aux dirigeants du Tricolore au camp d’entraînement à l’automne.

«Avec la façon dont les choses se sont passées au camp, décrocher un poste avec le grand club sera assurément dans mes plans l’an prochain», a poursuivi Beck. 

Meilleurs moments d'Owen Beck face aux Devils - 26 septembre 2022 -

Le jeune homme a la réputation d’être un joueur très complet et beaucoup plus mûr que ceux de son âge, un facteur qui peut jouer en sa faveur. Son retranchement d’Équipe Canada Junior avait ainsi constitué une surprise, sachant qu’il pouvait être employé à toutes les sauces. La vie a toutefois bien fait les choses, la blessure subie par Colton Dach ayant mené à son rappel d’urgence. 

«Évidemment, j’avais mon opinion personnelle par rapport à la décision de me retrancher», a avoué le principal intéressé avec un sourire, avant de préciser qu’il n’en veut pas du tout à Hockey Canada. 

Adaptation 

Échangé des Steelheads aux Petes de Peterborough dans la Ligue junior de l’Ontario, Beck apprivoise encore son nouvel environnement. 

Jusqu’ici, il s’est contenté d’un but en trois rencontres avec sa nouvelle équipe. Avant cela, il avait offert une production très intéressante avec les Steelheads : 40 points, dont 17 buts, en 30 rencontres. 

«Je vis présentement une période d’ajustement, a confirmé Beck. Mon compagnon de trio Brennan Othmann est lui aussi débarqué récemment à Peterborough. Avery Hayes, mon autre ailier, a joué seulement un match de plus que moi avec les Petes.»

Beck estime toutefois que ce changement de décor pourrait finir par lui sourire. 

«On a un peu plus de marge de manœuvre pour être créatifs à Peterborough. Ce serait plaisant, c’est quelque chose que je vais essayer d’intégrer à mon jeu et ça viendra plus naturellement en évoluant avec des joueurs talentueux.»