Crédit : AFP

LNH

Un retour qui fera du bien aux Sénateurs

Publié | Mis à jour

Les Sénateurs d’Ottawa continuent de tourner en rond et ils souhaitent que le retour à la compétition du pivot Josh Norris leur donnera un nouveau souffle.

Comme l’a indiqué dimanche l’entraîneur-chef D.J. Smith, le joueur de centre devrait effectuer sa rentrée cette semaine après avoir subi une blessure à l’épaule le 22 octobre. Ainsi, il pourrait disputer le match de mercredi au Centre Canadian Tire contre les Penguins de Pittsburgh.
«Norris est proche de revenir et nous profiterons d’un certain élan grâce à quelques gars, a commenté Smith, tel que rapporté par le quotidien "Ottawa Sun". Il ne jouera pas lundi [face aux Blues de St. Louis], mais il est très près. Il doit se sentir à l’aise avant de reprendre le jeu. Cependant, il n’a jamais été aussi bien dans sa peau.»
Par ailleurs, les «Sens» pourraient miser sur le Québécois Mathieu Joseph (jambe) au Missouri. Celui-ci est inactif depuis le 8 décembre.
Honteux
Certes, les autres hockeyeurs des Sénateurs diront oui à cette aide qui devrait leur donner un sérieux coup de pouce. Ottawa demeure en difficulté au classement avec 41 points et l’avant-dernier rang de la section Atlantique de la Ligue nationale. Aussi, tout le monde dans le vestiaire a été dégoûté par la performance de samedi à Denver, un humiliant revers de 7 à 0 aux mains de l’Avalanche du Colorado.
«Ce fut probablement l’un des pires matchs que j’ai disputés dans ma carrière. C’est une partie et c’est arrivé, mais ça reste inacceptable à mes yeux, a commenté peu après sa soirée désastreuse le défenseur Thomas Chabot, qui a conclu la soirée avec un différentiel de -3. Il faut avancer et penser à la prochaine joute afin de nous assurer d’être prêts à jouer.»
«C’est honteux, on ne peut pas poursuivre de cette façon. C’est frustrant et je suis à court de mots, a renchéri le capitaine Brady Tkachuk. Je ne dirai pas que nous cherchons des solutions. Néanmoins, nous avons été affreux du début à la fin. Il n’y a jamais eu de changements de rythme à notre avantage. L’adversaire était sur nous tout le match et c’est impardonnable. Cela ne doit pas survenir.»