LNH

LNH: de belles prises au ballottage

Publié | Mis à jour

Parfois, les équipes de la Ligue nationale de hockey (LNH) abandonnent trop rapidement lorsque certains joueurs connaissent des moments difficiles. Mais au fil des années, nombre d’entre eux ont fait regretter leurs décisions à leurs anciens patrons après avoir été sélectionnés au ballottage.

Voici cinq cas où des joueurs ont changé de camp de cette façon avant d’obtenir du succès depuis le début des années 2000.

-Chris Osgood, 28 septembre 2001

Avec les Red Wings de Detroit, Chris Osgood a remporté le trophée Jennings et reçu une nomination pour le Vézina en 1995-1996. Il a remporté la coupe Stanley comme partant en 1998. Mais tout ça n’a pas empêché l’équipe du Michigan de mettre son nom au ballottage en 2011 et, encore une fois, les Islanders de New York ont flairé la bonne affaire.

Ken Holland a certainement réalisé son erreur, puisqu’il a ramené le gardien en 2005-2006 par l’entremise du marché des joueurs autonomes. Osgood est demeuré avec le club jusqu’à la retraite, au terme de la campagne 2010-2011, remportant au passage une troisième coupe Stanley – une deuxième comme partant – en 2008.

-Ilya Bryzgalov, 17 novembre 2007

Longtemps bloqué derrière Jean-Sébastien Giguère chez les Ducks d’Anaheim, Ilya Bryzgalov a signé un contrat à un volet en 2006. Puis, en 2007-2008, Jonas Hiller est arrivé dans le portrait. Le directeur général des Ducks, Brian Burke, a donc placé Bryzgalov au ballottage.

Bryzgalov a dès le départ connu du succès avec les Coyotes de l’Arizona, aidant par la suite le club à se qualifier pour les éliminatoires pour une première fois en huit ans en 2009-2010. Il a finalement disputé 465 matchs dans la LNH, montrant un dossier de 221-162-54.

-Rich Peverley, 10 janvier 2009

N’ayant accumulé que 20 points à ses trois premières campagnes avec les Predators de Nashville, Rich Peverley semblait avoir son avenir dans la LNH obscurci par la décision de ses patrons de le placer au ballottage en janvier 2009. Or, les Thrashers d’Atlanta l’ont repêché et il les a remerciés avec 35 points en 39 matchs pour terminer la campagne.

Que ce soit à Atlanta ou à Boston avec les Bruins, Peverley s’est imposé comme un attaquant productif. Malheureusement, son séjour avec les Stars de Dallas a rapidement été interrompu par une crise cardiaque qui a ultimement mis un terme à sa carrière en 2014.

-Michael Grabner, 5 octobre 2010

En 2010, les Panthers de la Floride ont obtenu Michael Grabner des Canucks de Vancouver... avant de l’offrir à toutes les équipes quelques semaines plus tard. Les Islanders ont sauté sur l’occasion et l’Autrichien a amassé 34 buts et 52 points au cours de sa première saison dans la LNH.

Grabner a finalement inscrit 175 buts en carrière, lui qui a disputé 640 rencontres. Les Panthers s’en sont certainement voulu...

-Paul Byron, 6 octobre 2015

Les directeurs généraux du Canadien de Montréal ont eu la main heureuse à ce chapitre au cours des 20 dernières années. Il y a eu Steve Bégin, Antti Niemi et plus récemment Rem Pitlick, mais Paul Byron remporte certainement la palme de la meilleure prise.

S’il est actuellement à l’écart en raison d’une blessure à la hanche, le petit attaquant a disputé sept saisons et 383 matchs jusqu’ici avec le Tricolore, totalisant 81 buts et 160 points. Outre ses deux saisons de 20 et 21 buts, il est également devenu un leader dans l’équipe, voyant la lettre A accolé à son chandail au début de la saison 2018-2019.