LNH

Décès de Gino Odjick: «Un bon vivant» et un «excellent coéquipier»

Publié | Mis à jour

NEW YORK – Gino Odjick restera toujours une figure marquante des Canucks de Vancouver. Ancien des Canucks, Alexandre Burrows, n’avait pas la force pour parler du décès d’Odjick.

Burrows a respectueusement décliné l’invitation pour rencontrer les médias dans un corridor du Madison Square Garden, étant trop rongé par les émotions.

Après les Canucks, les Islanders et les Flyers, Odjick a fait son dernier arrêt dans la LNH avec le Canadien de Montréal. Il y a joué deux saisons avec 13 rencontres en 2000-2001 et 36 autres la saison suivante.

À Montréal, Odjick avait joué avec Stéphane Robidas.

«Gino était un bon vivant, un excellent coéquipier, qui était là pour les gars, a dit Robidas, l’un des adjoints de Martin St-Louis. Je ne l’ai pas connu longtemps, mais j’ai seulement de bons souvenirs de lui.»

Parmi les bons souvenirs, il y a une image qui lui revenait.

«Je le vois sans ses dents dans la bouche, il lui manquait les deux palettes. C’est ce qui me vient en tête en premier. C’était un bon vivant. On le voyait s’entraîner, il faisait le bicycle assis et il lisait son journal en même temps. C’est un bon vivant, un bon coéquipier et une bonne personne.»

Crédit photo : Photo d'archives / Journal de Montréal / Agence QMI

«C’était un gars qui aimait avoir du plaisir, qui était impressionnant dans les entraînements, a poursuivi l’ancien défenseur. On le voit tous comme un bagarreur, mais dans les entraînements, j’avais remarqué comment il était quand même un bon joueur. Il n’a jamais reçu le crédit pour son talent de joueur. Pour moi, c’était plus que juste un bagarreur. Il était capable de jouer. Dans les entraînements, il avait de bonnes mains, un bon tir du revers.»

Un ancien du Titan

St-Louis a aussi ajouté sa voix à celle de Robidas pour offrir ses sympathies à la famille Odjick.

«Premièrement, je voudrais souhaiter mes sincères sympathies à la famille Odjick. Gino a mérité tout ce qu’il a eu dans sa vie. C’était un travaillant. Je viens de Laval. Gino jouait pour le Titan. Je suivais sa carrière un peu. Il a pris soin de son équipe, peu importe où il jouait. J’ai une grosse pensée pour la famille Odjick.»