Canadiens de Montréal

«C’est rare que tu vois ça dans la Ligue nationale»

Publié | Mis à jour

Le malheur des uns fait souvent le bonheur des autres. Cette réalité, Samuel Montembeault la vit avec plénitude devant le filet des Canadiens de Montréal. 

En l’absence de Jake Allen, le gardien de Bécancour est désormais le numéro un dans la rotation. Dimanche, face aux Rangers, il a entrepris un quatrième départ consécutif avec brio dans une cause gagnante où il a stoppé 38 rondelles. Il était en poste moins de 24 heures plus tôt à Long Island.

Pour Michel Therrien, le portier de 26 ans a gagné le respect de ses coéquipiers et celui de ses patrons.

«Présentement, Montembeault a une opportunité de démontrer ce dont il est capable sur une base beaucoup plus régulière, a-t-il noté à "JiC", lundi (à voir en tête d'article). Deux matchs en moins de 24 heures, il faut le faire. C’est rare que tu vois ça dans la Ligue nationale et il l’a fait à la lettre.»

Au cours de ces deux victoires et autant de défaites où il était le partant, entre le 9 et le 15 janvier, Monty a effectué en moyenne 37,5 arrêts par match, pour un taux d’efficacité de ,944. 

Montembeault multiplie les arrêts! -

Face aux Islanders, il a accordé deux buts, mais il a gardé son équipe dans le match.

«L’important est d’avoir un gardien qui est bon. Il n’a pas été bon, il a été très bon et il a relevé le défi avec beaucoup de fierté, croit Therrien.

«Le fait qu’un gardien fasse les gros arrêts, ça change toute la donne. Tu peux avoir les mêmes erreurs et tu es capable de faire de l’enseignement. Ça peut être positif. Quand le gardien est juste correct ou moyen et que le club donne quatre ou cinq buts, l’enseignement n’est pas pareil et l’ambiance n’est pas pareille non plus.»

Les Canadiens ont maintenant rendez-vous avec les Jets de Winnipeg à domicile. Il y a fort à parier que Montembeault sera de retour entre les poteaux.