Crédit : CAPTURE D'ÉCRAN TVA NOUVELLES.

Hockey

Joueur de hockey plaqué par un entraîneur: l'instructeur suspendu 10 ans

Louis Deschênes

Publié | Mis à jour

L’entraîneur de hockey mineur qui a sauté sur la glace pour plaquer un jeune joueur adverse en décembre dernier à l’aréna Côte-de-Beaupré a été suspendu pour 10 ans.

Le comité de discipline de l’Interligue Québec-Beaupré-Charlevoix (QBC) s’est rencontré mardi pour évaluer la situation de l’instructeur qui est aussi parent d’un joueur.

• À lire aussi: Classement des espoirs LNH: pas de surprise au premier rang

• À lire aussi: Jonathan Drouin : c’est encourageant

«Pour nous, la vidéo était explicite et ça méritait une lourde suspension qui, à toute fin pratique, équivaut à une suspension à vie puisque les parents qui agissent comme instructeur sont là pour la durée de la carrière au hockey mineur de leurs enfants», explique Daniel Normand, préfet de discipline de la ligue.

Les trois membres du comité de discipline ont effectué des recherches sans trouver un seul cas de jurisprudence sur lequel ils auraient pu se baser pour rendre la décision. Toutefois, ils sont très «à l’aise» avec la sanction.

«On ne peut cautionner d’aucune façon qu’un adulte s’en prenne à jeune sur la glace [...] C’est du hockey de récréation et on se doit de protéger les jeunes», mentionne M. Normand.

Il ajoute que le Comité n’a pas voulu faire un exemple avec le cas concerné. La sanction est en fonction du geste posé sur la patinoire et non en fonction de l’ampleur de l’histoire dans les médias.

En ce qui concerne l’entraîneur, il a refusé de rencontrer le comité de discipline, expliquant dans une courte lettre que le dossier était judiciarisé, ce qui l’empêchait de répondre aux questions.

Les faits reprochés

Les événements reprochés sont survenus le 18 décembre dans un match impliquant des jeunes de 13-14 ans de niveau M15 B, alors que les Boucs de Québec-Centre visitaient les Aigles de CBIO (Côte-de-Beaupré–Île-d’Orléans).

Fâché de voir un de ses joueurs rudoyé et jeté sur la patinoire, l’entraîneur des Boucs s’est rué sur la glace pour plaquer, comme au football, le porte-couleurs de l’équipe adverse. La séquence a été filmée et a fait le tour de la province.

Daniel Normand, qui compte 40 ans d’expérience dans le hockey mineur, admet que pour lui c’est du jamais vu.

«Pour moi, c’est la première fois que je voyais ça [un adulte s’en prendre physiquement à un adolescent sur la glace]», confirme le préfet, et ce, même s’il a vécu l’époque où des ligues supérieures faisaient la promotion de la violence.

Prudence chez Hockey Québec

Appelés à commenter, les dirigeants de Hockey Québec se sont montrés prudents puisque la cause pourrait être portée en appel.

«Nous ne commenterons pas la décision, car il est possible pour l’une des parties en cause de faire appel de la décision auprès du palier d’appel supérieur régional ou provincial», a répondu par courriel le service des communications de Hockey Québec.

Mentionnons que depuis les événements du mois de décembre, l’instructeur était suspendu indéfiniment en attendant que le comité de discipline prenne en charge le dossier.

Pour sa part, le joueur frappé par l’entraîneur a également reçu une sanction automatique de trois matchs de suspension pour avoir rudoyé un adversaire. Le jeune est passé devant le comité de discipline, qui a choisi de ne pas sévir davantage.