Crédit : AFP

LNH

John Tortorella, sur les opinions à son égard : «je n’en ai rien à foutre»

Agence QMI

Publié | Mis à jour

L’entraîneur-chef des Flyers de Philadelphie, John Tortorella, n’a pas perdu son franc-parler et il l’a une fois de plus prouvé aux journalistes venus recueillir ses commentaires sur un sujet bien précis, vendredi.

Le bouillant instructeur a suscité l’attention avant le match de mercredi en interdisant l’utilisation des iPad sur le banc pendant les affrontements de l’équipe. Il estime que ces appareils électroniques constituent une distraction pour ses troupiers; ceux-ci ont d’ailleurs répondu en défaisant les Capitals de Washington 5 à 3 en soirée.

• À lire aussi: Classement des espoirs LNH: pas de surprise au premier rang

• À lire aussi: Jonathan Drouin : c’est encourageant

Deux jours plus tard, Tortorella a été très clair quand il a été interrogé sur les conséquences de sa décision. «Je n’en ai rien à foutre de la façon dont je suis perçu, car mon boulot est de diriger le club», a-t-il sèchement répondu.

«Je n’essaie pas d’être un idiot. Nous avons un problème majeur quand vient le temps de comprendre une grande quantité de jeux», a-t-il également précisé.

La prochaine présence prime

Les iPad sont devenus des incontournables dans la Ligue nationale de hockey, puisque les hockeyeurs et les instructeurs s’en servent régulièrement durant les parties pour décortiquer des séquences survenues peu de temps auparavant.

Or, pour le pilote des Flyers, le futur passe avant le passé dans l’ordre des priorités.

«Nous avons enlevé la vidéo du banc, a-t-il dit après le triomphe de mercredi à domicile. On veut que les gars se concentrent sur leur prochaine présence sur la patinoire. Je crois qu’il s’agit d’un gros problème, puisqu’on comprend mal les changements de rythme d’un match. Vous ne pouvez pas saisir cela en regardant constamment un iPad. Ainsi, nous avons retiré tout cela. Nous n’utiliserons plus cela. Les joueurs pourront donc voir ce qui se passe sur la glace et déterminer la suite.»

«[Au banc], nous avons une télévision que nous ne pouvons retirer, car elle est bien fixée à proximité de la patinoire, tout près de mes pieds. Donc, si quelqu’un en a besoin, on peut s’organiser, mais il devra être convaincant», a-t-il aussi commenté.

Philadelphie connaît de bons moments ces jours-ci en vertu de sept gains en 10 sorties. Cependant, la formation occupe l’avant-dernier rang de la section Métropolitaine avec une fiche inférieure à ,500. Elle se frottera à nouveau aux Capitals, samedi, mais cette fois à Washington.