Crédit : AFP

Coupe du monde 2022

Le Qatar déjà éliminé

Publié | Mis à jour

Défait 3 à 1 par le Sénégal vendredi au stade Al-Thumama de Doha, le Qatar a subi l'élimination la plus précoce de l'histoire de la Coupe du monde de soccer pour un pays hôte.

Le Qatar a certainement mieux paru qu’en lever de rideau, lorsqu’il s’était incliné 2 à 0 face à l’Équateur. Il n’a toutefois rien fait pour aider sa cause dans le classement du groupe A.

En raison du match nul de 1 à 1 entre l'Équateur et les Pays-Bas, vendredi, le Qatar est devenu la première nation hôte de l’histoire de la Coupe du monde à subir l’élimination avant son troisième match de la phase de groupes.

Même s’ils ont joué avec plus d’aplomb dans le duel du jour, les Qataris ont été les artisans de leur malheur en commettant plusieurs erreurs coûteuses.

À la 41e minute, notamment, un dégagement complètement raté et une chute du défenseur Boualem Khoukhi ont ouvert la porte à Boulaye Dia. Ce dernier a ainsi marqué le premier but des Sénégalais en sol qatari.

Une décision controversée

Quelques instants plus tôt, les Sénégalais ont retenu leur souffle lorsque Ismaila Sarr a accroché maladroitement l’attaquant du Qatar Akram Afif dans la surface de réparation. L’arbitre Antonio Mateu Lahoz a soulevé l'ire des hôtes en ne leur accordant pas de «penalty», eux qui ont dû attendre la 78e minute pour ouvrir leur compteur.

C’est l’attaquant Mohammed Muntari qui a réussi à démystifier le gardien Édouard Mendy, réduisant de moitié l’avance sénégalaise. Le portier du club anglais Chelsea FC avait réalisé deux parades avant de flancher devant cette puissante frappe de la tête.

Le Sénégal s’était toutefois octroyé un coussin de deux buts avant de trébucher. Famara Diedhiou a été le deuxième à faire secouer les cordages, à la 48e minute, grâce à une belle tête décroisée à la suite d’un coup de pied de coin.

Cheikh Dieng a quant à lui cloué le cercueil qatari, à la 84e minute, à l’aide d’une frappe sèche.

Malgré ce résultat positif, le champion en titre de la Coupe d'Afrique des nations aura du travail à faire en prévision de son prochain match, qui l’opposera à l’Équateur mardi. Ayant encaissé au moins un but pour la neuvième fois de suite en Coupe du monde, le Sénégal devra peaufiner son jeu défensif s’il aspire à progresser au-delà des huitièmes de finale.

Les Pays-Bas accrochés par l’Équateur

Dans un match qui a pris une toute autre allure après la mi-temps, les Pays-Bas ont laissé l’Équateur les malmener, mais ils s’en sont tirés avec un verdict nul de 1 à 1 à la Coupe du monde de soccer du Qatar, vendredi, à Doha.

Le sélectionneur néerlandais, Louis van Gaal, en avait long à dire sur la performance de ses joueurs après la rencontre. Les «Oranje» ont très vite ouvert la marque dès la sixième minute, mais ils se sont contentés d’éteindre des feux par la suite.

«C’était un mauvais match, surtout quand nous avions la possession du ballon. L’Équateur a été beaucoup plus féroce que nous dans les duels; ils les ont tous gagnés», a admis en point de presse l’ancien entraîneur du FC Barcelone, du Bayern Munich et de Manchester United.

Cody Gakpo, avec son deuxième but en autant de parties, a laissé sa carte de visite très rapidement. Se décalant un peu à sa gauche, le jeune attaquant a laissé partir une frappe qui a frôlé le poteau à la droite du gardien Hernan Galindez.

Ce fut toutefois la seule flammèche des Néerlandais. Ils n’ont tenté que deux tirs et n’ont touché que six ballons dans la surface de réparation adverse. Le dynamique Memphis Depay a été invisible après son entrée en jeu au retour du vestiaire.

Encore le même

Enner Valencia a été le buteur des Équatoriens, à la 49e minute de jeu. Le vétéran a profité d’une mauvaise relance adverse pour rediriger le tir de Pervis Estupinan. Il s’agit déjà de son troisième filet à cette Coupe du monde, lui qui a quitté le terrain en raison d'une blessure avant les arrêts de jeu.

«Nous avons très bien joué, d’égal à égal avec une équipe invaincue depuis 17 rencontres avec van Gaal, a indiqué le pilote de l’Équateur, Gustavo Alfaro. Nous ne nous sentions pas perdants dès le début du match. Ce sentiment a paru dans la qualité de notre soccer et notre courage, et c’est une combinaison qui me rend fier.»

Le pays d’Amérique du Sud aurait même pu niveler la marque plus tôt. Avant la mi-temps, Estupinan a déjoué Andries Noppert, mais le but a été refusé en raison du hors-jeu de Jackson Porozo, qui a gêné le portier adverse.

Du positif

Même s’il a un peu maugréé, van Gaal a rappelé que les Néerlandais occupaient le premier rang du groupe A. Ils ne devraient pas avoir de mal à se défaire du Qatar, déjà éliminé de son Mondial, mardi, pour obtenir son billet pour les huitièmes de finale.

«Nous n'avons pas perdu et c'est aussi important. On va travailler la possession. On a beaucoup de milieux de terrain, il faut qu'il y ait de l'équilibre. La défense, en revanche, est restée bien sur le terrain. Même si nous n'étions pas dans le match, nous avons donné très peu d'occasions», a expliqué le sélectionneur.

«Je peux être dur et donner des chiffres, mais je veux être derrière mes joueurs. Ils ne l'ont pas montré, mais le prochain match est un autre match.»

Il s’agit d’une chance en or pour l’Équateur d’atteindre une première phase éliminatoire depuis 2006. Il devra au moins arracher un verdict nul au Sénégal à sa prochaine sortie.

-Avec l'AFP