Crédit : AFP

Coupe du monde 2022

Qatar 2022: pas de maître dans les futurs adversaires du Canada

Publié | Mis à jour

Dans le premier match du groupe F, en après-midi, on n’a pas fait de maître entre le Maroc et la Croatie, qui ont fait match nul 0 à 0.

Les deux adversaires se sont livré une véritable guerre de tranchées où tout est passé par un milieu de terrain très fermé parce que personne ne voulait commettre d’erreur.

• À lire aussi: L'Allemagne solidaire, le Canada silencieux

Il y a eu des luttes physiques pour chaque centimètre de gazon de part et d’autre de la ligne centrale.

Et pour ceux qui pensent que le soccer n’est pas un sport physique, on vous invite à trouver la reprise de cette rencontre. Il y a eu presque autant de coups d’épaule que dans un bon match de hockey.

Ç’a donné un spectacle très serré au jeu rapide qui vous laisse sur le bout de votre siège en raison de la tension.

Mais en seconde demie, ça s’est surtout transformé en jeu stérile.

Jeu tendu

Comme on le mentionnait, le jeu a été tendu pendant 90 minutes et il y a eu peu d’occasions de part et d’autre.

Les Croates ont eu la meilleure chance de la première demie dans les arrêts, mais celle-ci s’est terminée sur une superbe parade de Yassine Bounou.

La seconde demie a été légèrement plus ouverte, mais la bataille s’est poursuivie pendant 45 autres minutes.

Le Maroc a également profité d’une bonne occasion peu après l’heure de jeu quand Achraf Hakimi a effectué un superbe coup franc qui a été brillamment stoppé par Dominik Livakovic.

Très serré

Cette première rencontre laisse présager un groupe très serré où tout pourra arriver.

En effet, c’est dans le jeu tactique que tout s’est déroulé avec très peu de place pour opérer et ça risque d’être intéressant pour le Canada, qui devra trouver une façon de jouer rapidement contre ses deux prochains adversaires.

La Croatie sera le prochain adversaire de nos représentants, dimanche. Le Maroc et la Belgique s’affronteront quelques heures plus tôt.

Ce qu’on peut dire, c’est que rien ne risque d’être réglé avant la dernière journée d’action, le 1er décembre.