Coupe du monde 2022

«Je savais que Davies tirait toujours sur la droite»

Publié | Mis à jour

L'aurait-on autant vu si la Belgique avait maîtrisé son sujet ? Entre pénalité détournée, parades et relances, Thibaut Courtois a brillé mercredi face au Canada (1-0), un baume autant qu'un signal d'alarme pour les Diables rouges.

Côté pile, les demi-finalistes du Mondial-2018 peuvent toujours compter sur le meilleur gardien du monde, qui avait su écoeurer Liverpool en mai dernier pour offrir au Real Madrid sa 14e Ligue des champions avant de se voir décerner le Trophée Yachine lors de la dernière cérémonie du Ballon d'or.

Thibaut Courtois, qui avait quitté la Coupe du monde il y a quatre ans en perdant boudeur face aux futurs vainqueurs bleus, l'a retrouvée mercredi, et c'est le côté face, en patron d'une équipe belge déboussolée, passée très près de la noyade.

« Courtois est le meilleur Belge sur le terrain. Cela pose question» , résumait à la pause l'ancien international Philippe Albert, consultant auprès de la chaîne belge RTBF.

Crédit photo : AFP

Face aux Canadiens, 41es au classement FIFA et qui vivent la deuxième Coupe du monde de leur histoire, le portier a évité l'ouverture du pointage en couchant ses 2 mètres pour sortir une pénalité mollement tirée à ras de terre par Alphonso Davies (11e).

« Je savais que Davies tirait toujours sur la droite. J'ai donc opté pour ce côté. C'est la première fois que j'arrête un pénalty avec l'équipe nationale» , a-t-il raconté à la RTBF.

Relance périlleuse

Mais trois minutes avant, il avait déjà capté une reprise de Buchanan au point de pénalité sur un corner tiré par Hoilett, la première des nombreuses vagues canadiennes qui ont failli submerger les Diables - sept tirs dans le premier quart d'heure.

Avant de sortir des poings une lourde frappe de Johnston, bien seul à l'angle droit de la surface (30e), puis de se saisir d'un puissant coup de tête de Larin en deuxième mi-temps (80e).

« C'est clair que grâce à Thibaut, on reste dans le match, et ça devient... je ne dirais pas plus simple, parce que ça a quand même été compliqué - mais il nous sauve aujourd'hui» , a salué en zone mixte Axel Witsel, sentinelle des Diables qui aborde son troisième Mondial.

Crédit photo : AFP

Car la vieillissante défense belge, avec Toby Alderweireld (33 ans) au centre flanqué de Jan Vertonghen (35 ans) à gauche et Leander Dendoncker (27 ans), n'a guère levé les doutes à son sujet.

Dépassé par la mobilité des jeunes Canadiens, qui désiraient offrir à leur sélection le premier but de son histoire en Coupe du monde, le trio a aussi peiné à relancer sous pression, en particulier Dendoncker qui a souvent préféré remettre en retrait, pendant qu'Eden Hazard et Kevin de Bruyne s'agaçaient de toucher si peu le ballon.

Crédit photo : AFP

Alors, de derniers remparts, Courtois s'est souvent mué en premier relanceur, quitte à s'en sortir par des contrôles périlleux sous la pression des Canucks (52e).

Il s'est même offert une superbe ouverture vers Timothy Castagne (70e), alors que les Diables ne parvenaient toujours pas à se mettre à l'abri d'un retour canadien.

« Heureusement pour la Belgique que le jeu au pied de Courtois est excellent» , a résumé Philippe Albert.