Crédit : AFP

Soccer

L'Argentine de Messi surprise par l'Arabie saoudite

Publié | Mis à jour

Coup de tonnerre à Lusail ! L'Argentine, pourtant lancée par un but rapide sur pénalty de Lionel Messi, a été surprise (2-1) par une héroïque équipe d'Arabie saoudite qui a signé la première énorme sensation de ce Mondial 2022, mardi au nord de Doha.

Les spectateurs du stade de Lusail, le plus grand du Qatar avec ses 80 000 places, ont ainsi assisté à l'une des plus grosses surprises de l'histoire de la compétition.

En difficulté dans les petits espaces, à l'image de la star du Paris SG qui a manqué son entrée dans le tournoi, et manquant souvent de synchronisation dans les courses, les Sud-Américains ont surtout été contrariés par le solide défi physique imposé par les hommes du sélectionneur français Hervé Renard.

Leur défense a été très inquiétante tandis qu'aux avant-postes, le trident Messi-Di Maria-Martinez a largement déçu.

En signant une performance forcément inattendue face à l'un des favoris de la compétition, l'autre pays du Golfe de cette Coupe du monde a lui fait bien meilleure figure que son voisin qatari, étourdi par l'Equateur en match d'ouverture du tournoi (0-2).

Un pénalty converti par Messi (10) a d'abord mis l'Argentine en marche en première période.

En ceinturant Leandro Paredes, Saud Abdulhamid a conduit la VAR à interpeller l'arbitre slovène Slavko Vincic. Lequel a donc jugé l'action fautive au grand dam des Saoudiens visiblement surpris par cette décision.

Messi sans solution

Un coup de massue frustrant pour les hommes d'Hervé Renard car ces derniers offraient alors une belle réplique aux vainqueurs de la dernières Copa America, en maniant notamment avec maîtrise le piège du hors-jeu dans lequel sont successivement tombés Messi (22e) et Lautaro Martinez (25e, 35e).

Certes, le gardien Emiliano Martinez a passé une première période tranquille, regardant de très loin ses équipiers s'embourber dans la défense saoudienne ou se heurter à un très bon Mohamed Al-Owais dont les gants avait chauffé dès la 2e minute et une première tentative de Messi.

Mais le dernier rempart argentin a vécu cinq minutes cauchemardesques au retour des vestiaires en étant abandonné par sa défense --notamment par le défenseur de Tottenham Cristian Romero-- sur des buts de Saleh Al-Sherhi (48) et Salem Al-Dawsari (53), complètement décomplexés.

Coupable d'une perte de balle à l'origine du 1-2, Messi a quelque peu rassuré ses supporteurs sur son état physique, après avoir été touché à la cheville droite la semaine dernière.

Mais le septuple Ballon d'or, à l'image de ses partenaires, est apparu sans solution, désemparé comme quand il a tenté un solo insensé dans les dernières minutes, devant des Saoudiens qui n'avaient remporté que trois de leurs seize rencontres de Coupe du monde avant mardi.

Les joueurs de l'Albiceleste qui restaient sur une série d'invincibilité de 36 matches depuis plus de trois ans (à une seule longueur du record mondial établi par l'Italie) ne s'attendaient sans doute pas à chuter d'entrée, tétanisés en quittant ensemble le terrain après quasiment un quart d'heure de temps additionnel.

Et à voir l'explosion de joie des Saoudiens au coup de sifflet final, on imagine qu'eux non plus n'avaient pas rêvé pareil exploit.

Déjà en difficulté au premier tour du Mondial-2018 (avec quatre points seulement il y a quatre ans), l'Argentine se trouve donc déjà au pied du mur dans le groupe C avant d'affronter le Mexique samedi tandis que les Faucons Verts seront le même jour opposés à la Pologne de Robert Lewandowski.

Lewandowski muselé, la Pologne neutralisée par le Mexique

Le diable n'est pas sorti de sa boîte: Robert Lewandowski a été contenu par les Mexicains et leur gardien Ochoa, qui a arrêté son penalty, tenant en échec la Pologne (0-0) au stade 974 de Doha, mardi dans le groupe C du Mondial 2022.

La première rencontre disputée dans cette enceinte constituée à partir de conteneurs maritimes aux couleurs vives s'est achevée sur un résultat décevant pour les deux équipes. À l'image du match, loin des frissons procurés par la victoire de l'Arabie saoudite contre l'Argentine (2-1) un peu plus tôt, dans l'autre match du groupe.

C'est donc l'Arabie saoudite qui a pris la tête de ce groupe, à la surprise générale.

Dans le seul stade de la compétition ventilé naturellement et pas climatisé, ce n'est pas du froid que les supporters ont dû se plaindre mais bien de l'ennui.

Les Mexicains, animés par la "grinta" qui caractérise souvent les équipes d'Amérique du Sud et centrale, ont pressé haut et se sont souvent portés en nombre vers les buts gardés par Wojciech Szczesny, en vain.

Dès la 5e minute, Luis Chavez a raté sa reprise de volée après un centre de Lozano, puis Alexis Vega a vu sa tête effleurer les montants (26e), avant que Szczesny ne détourne une frappe en angle fermé de Jorge Sanchez, mais pas de quoi faire exulter les supporters de la "Tri", plus nombreux que ceux des Aigles blancs dans les tribunes.

Lewandowski toujours muet en Coupe du monde

De l'autre côté, les Polonais ne sont pas parvenus à imposer leur jeu ni à trouver leur arme offensive Robert Lewandowski. Comme lors de cette contre-attaque où Nicola Zalewski a mal dosé sa passe vers le buteur du FC Barcelone (17e), ou ce coup franc (50e) de Piotr Zielinski, qui n'a pas trouvé preneur.

Alors "Lewangoalski" a voulu forcer son destin, en allant chasser une cause perdue, une passe mal ajustée dans la surface mexicaine, provoquant une faute du défenseur Hector Moreno sanctionnée par la VAR (58e).

Mais le meilleur buteur de l'histoire de la Pologne (76 réalisations en 134 sélections) a vu sa frappe, pas assez croisée, détournée par le vétéran "Memo" Ochoa, capitaine du Mexique qui dispute, à 37 ans, son cinquième Mondial.

Et la mauvaise série se poursuivit pour l'attaquant du FC Barcelone, qui, à 34 ans, n'a toujours pas inscrit le moindre but lors d'une Coupe du monde...

Lewandowski, joueur ayant le plus porté le maillot des Blanc et Rouge, aura au moins deux autres occasions de se rattraper contre l'Arabie saoudite samedi (14h00) puis l'Argentine le 30 novembre (20h00).