JiC

Denis Casavant : une carrière exemplaire de 40 ans

Publié | Mis à jour

Les amateurs de sports québécois ont pu apprécier au fil des saisons Denis Casavant, un homme qui franchit maintenant le cap des 40 ans de carrière dans le monde des médias et dont le professionnalisme ne fait pas de doute au sein de la confrérie journalistique.

Descripteur de matchs, animateur, réalisateur et journaliste, que ce soit notamment au hockey, au baseball, au football, au basketball et aux Jeux olympiques: M. Casavant est un véritable touche-à-tout du sport ayant décrit ici et ailleurs des centaines d’événements, certains plus marquants que d’autres. Quelques-uns se souviennent de ses paroles au moment du match parfait du lanceur des Expos Dennis Martinez en juillet 1991 ou encore, des coupes Grey remportées par les Alouettes en 2009 et 2010.

Ainsi, il était tout à fait logique qu’un hommage spécial lui soit rendu à l’émission «JiC» de TVA Sports, lundi.

«Denis, j’aimerais te féliciter non seulement pour tes 40 ans de carrière, mais aussi pour ta façon de te comporter. J’ai tellement d’estime pour toi professionnellement et tu as été bon à l’égard de tous, non seulement pour le sport lui-même, mais pour les partisans, les joueurs et les équipes. Je suis persuadé que tu continueras», a mentionné l’ex-gérant des Expos Felipe Alou, heureux d’avoir rencontré celui ayant œuvré au Réseau des Sports comme descripteur des rencontres des Amours au moment où il dirigeait l’équipe.

«C’est tout un exploit. J’ai eu beaucoup de plaisir quand on était ensemble, que ce soit pour des matchs des Carabins ou des Alouettes. Je me rappelle également de la grande finale de la Coupe Grey en 2005. Je suis certain qu’il y avait énormément de gens déçus à Montréal, mais ce fut un plaisir de vivre tout cela quand Edmonton a joué contre les Alouettes et que tu étais là pour décrire le match, a pour sa part souligné Danny Maciocia, le directeur général et entraîneur-chef des Alouettes qui, il y a 17 ans, a mené les Eskimos aux grands honneurs. Tu es un vrai professionnel et un gentleman, je t’ai toujours apprécié.»

Le respect

Depuis 1982, année au cours de laquelle il a commencé à couvrir l’équipe de hockey junior des Olympiques et celle des Rough Riders d’Ottawa au football canadien pour la chaîne radiophonique CKCH à Hull (aujourd’hui Gatineau), Denis Casavant partage ses grandes connaissances du milieu sportif en décrivant les faits et gestes des athlètes, adulés ou détestés. Et il le fait avec le plus grand respect pour autrui. C’est une qualité revenant sans cesse dans les commentaires de ses collègues.

«Denis Casavant, c’est le meilleur descripteur de tous les temps. Il n’y en a pas un de plus complet. [...] J’ai apprécié son travail autant pour la Série mondiale que pour un Super Bowl, la Coupe Grey ou un match de hockey. Et je me souviens de l’avoir écouté aux Jeux olympiques pour le basketball», a considéré le descripteur des matchs de hockey à TVA Sports Félix Séguin.

«L’autre chose très importante avec Denis, c’est qu’il met en valeur la personne avec qui il travaille : l’analyste, a-t-il poursuivi. Moi, plus jeune, je te regardais, je t’écoutais. Tu as été l’un des mentors et encore aujourd’hui, je te regarde et je te trouve bon. J’aimerais être comme toi.»

Son collègue Michel Godbout ne tarit pas d’éloges à l’égard de M. Casavant, en poste à TVA Sports depuis 2014.

«C’est le professionnalisme, une bibliothèque sur deux pattes. Je ne connais pas d’autres personnes capables de se souvenir du nom des joueurs de tous ces sports qu’il faits. Je suis épaté devant son talent», a-t-il affirmé.

Une voix synonyme de baseball

Denis Casavant continue de se distinguer par sa polyvalence et ses connaissances de nombreux sports, mais plusieurs l’associeront toujours aux Expos et au baseball majeur.

Celui que les téléspectateurs de TVA Sports ont récemment entendu décrire les victoires du Rouge et Or de l’Université Laval, finaliste de la Coupe Vanier 2022, ou des matchs de la Ligue nationale de hockey est un incontournable des ligues majeures. Car ses liens avec la «balle» ne datent pas d’hier. Bien avant son arrivée à la chaîne sportive en 2014, il a fait sa marque dans les médias électroniques et les partisans des Amours peuvent en témoigner.

Ainsi, ils ont pu l’entendre pendant des matchs des Expos à la radio de CKAC de 1986 à 1989, où il a aussi agi comme réalisateur. Tout cela a précédé un mandat de pratiquement un quart de siècle au Réseau des Sports (RDS).

«Quand j’étais petit, je m’endormais l’été à mon chalet avec la radio du baseball des Expos pour les matchs dans l’Ouest. J’étais fâché lorsque j’entendais ta voix, parce que j’avais écouté une partie de la rencontre et ça signifiait que je m’étais endormi; tu présentais les résultats à l’étranger et ça voulait dire que le match était fini, a raconté l’historien du sport Pat Laprade en s’adressant à Denis Casavant. Mais pour vrai, quand on a eu la chance de travailler ensemble à "Gages-tu?" de TVA Sports, ç’a été un honneur pour moi. Tu es un des gars les plus polyvalents du métier et j’ai énormément de respect pour toi.»

«Denis, c’est la continuité de l’oreille. On a été habitué d’avoir un gentleman qui s’appelait Claude Raymond et l’autre se nomme Denis Casavant. Moi, Denis, tu m’as fait tripper baseball et j’aime ta description. Tu t’emportes quand il le faut et tu es un gars vrai. Tu réconcilies, tu es le trait d’union entre les générations quand on t’écoute. Non seulement on te comprend, mais tu es intéressant», a ajouté l’ancien maire de Montréal Denis Coderre.

Des moments mémorables

Les amateurs des Expos suffisamment âgés se souviennent du dimanche 28 juillet 1991, le jour du match parfait de Dennis Martinez au Dodger Stadium de Los Angeles. La rencontre étant diffusée à RDS, M. Casavant était donc au petit écran pour l’occasion. Et sa description résonne encore dans les oreilles de quelques-uns.

«Je me rappellerai toujours de cette soirée de juillet 1991. Je suis dans la cour arrière de mon petit voisin et justement, on se lance la balle. Puis, son père arrive et nous dit de se diriger vers le salon : Dennis Martinez est en train de lancer une partie parfaite. [...] En fin de neuvième manche, il y a eu cette balle frappée au champ centre et Denis avait cette façon de [décrire]. Et c’est Marquis Grissom qui sépare les mains, et Denis qui s’exclame : "partie parfaite, Dennis Martinez!"», s’est remémoré le journaliste Jean-Philippe Bertrand en soulignant l’intonation ascendante de la description de Casavant sur le dernier jeu.

Pour Claude Raymond, interrogé au moment du récent lancement du livre «Frenchie», c’est un autre événement qui vient à l’esprit.

«Je me souviens encore du 1er septembre [1989] quand on a commencé à RDS et ensuite, on a été assez chanceux pour passer à travers du tremblement de terre de San Francisco pendant la Série mondiale. Ce ne sont que de bons souvenirs, a-t-il évoqué. Continue, car il n’y en a pas beaucoup comme toi. Tu es le meilleur, mon ami, et profite-en.»