Canadiens de Montréal

Aucun joueur du CH au lancement de Pierre Gervais

Publié | Mis à jour

Ce qui se passe dans le vestiaire doit-il rester dans le vestiaire ? Chose certaine, la sortie du livre de l’ancien gérant de l’équipement du Canadien de Montréal Pierre Gervais provoque un malaise évident chez les joueurs actuels de l’équipe.

Huit joueurs avaient l’intention d’assister au lancement du bouquin (et au moins quatre avaient confirmé leur présence), lundi soir au Centre Bell, tout juste à l’extérieur du vestiaire de l’équipe. 

Ci-dessus, voyez l'entrevue que Pierre Gervais a accordé à JiC.

Aucun d’entre eux n’a finalement fait acte de présence. Un simple hasard ? Probablement pas. 

« Je ne le prends pas personnel, pas du tout, a réagi Gervais, lorsqu’interrogé sur l’absence des joueurs. Je comprends leur horaire. » 

Transparence

L’entraîneur-chef du Canadien, Martin St-Louis, est minimalement venu faire son tour, tout comme Chantal Machabée, vice-présidente, communications hockey. 

Cette dernière a d’ailleurs fait preuve de transparence sur la situation inconfortable entourant la sortie du livre intitulé Au cœur du vestiaire, dans lequel l’ancien entraîneur-chef Dominique Ducharme et l’ancien directeur général Marc Bergevin sont écorchés. 

« Il y avait un malaise, c’est évident. Les joueurs ont été bombardés de questions [après l’entraînement matinal], a reconnu Chantal Machabée. Pour l’événement de ce soir [lundi], leur présence était sur une base volontaire, ce n’était pas obligatoire. » 

« Les joueurs adorent Pierre Gervais, mais les joueurs aimaient Dominique Ducharme et Marc Bergevin, a expliqué brièvement la vice-présidente des communications. Ils avaient du respect pour ces gars-là. Donc, ç’a placé les joueurs dans une drôle de situation. » 

Héritage pour les partisans 

Malgré la controverse, Pierre Gervais demeurera évidemment toujours le bienvenu au Centre Bell, lui qui a travaillé pour l’organisation du Canadien pendant 35 ans. Il ne regrette pas la sortie du livre ni son contenu. L’ancien gérant de l’équipement dit avoir voulu laisser un héritage aux partisans de l’équipe. Ils étaient nombreux à lui réclamer ses mémoires. 

« Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de réactions, a indiqué Gervais, à propos des derniers jours. J’ai peut-être été naïf, mais ç’a fait beaucoup de bruit. Moi, je dis les vraies affaires, ça ne fait pas l’affaire de tout le monde, mais comme on dit en anglais, “it is what it is”. » 

Pour Martin St-Louis, il était naturel d’assister au lancement, ayant d’abord connu Gervais sur la scène du hockey international. 

« Pierre a eu une longue carrière et je l’ai connu quand j’étais joueur à la Coupe du monde de 2004, puis aux Jeux olympiques à Turin et Sotchi, a précisé St-Louis. J’ai aussi été heureux de travailler avec lui avec le Canadien pendant quelques mois. C’est un gars extraordinaire et je voulais lui montrer mon support. »  

Des histoires positives aussi 

Au-delà des échos concernant cette fameuse loi non écrite qui n’aurait pas été respectée, Gervais dit avoir reçu plusieurs commentaires positifs. Plusieurs histoires présentes dans le livre, qui a été écrit par Mathias Brunet, sont d’ailleurs tout aussi positives. 

« J’ai eu tellement de bons commentaires de plein de gens du monde du hockey et ça me fait vraiment plaisir », a témoigné l’ancien gérant de l’équipement. 

« Quand les gens vont lire le livre, ils vont voir tout ce qu’il y a de positif dans ce livre-là. Des histoires avec Saku Koivu, Bob Gainey, Patrick Roy... », a pour sa part noté l’éditeur Richard Beaudry, président d’Ovation médias. 

En plus des membres de sa famille, Gervais a notamment profité du lancement pour remercier particulièrement Michel Bergeron, Serge Savard, Réjean Houle et Georges Guilbault.