Canadiens de Montréal

Pierre Gervais, au nom «des vraies affaires»

Publié | Mis à jour

L’ancien gérant de l’équipement des Canadiens Pierre Gervais a hésité avant de sortir un livre sur ce qu’il a vu dans le vestiaire de l’équipe au cours de ses 35 ans de métier. Mais lorsqu’il a décidé de le faire, c’était pour dire «les vraies affaires».

Gervais, fraîchement retraité, ne pensait pas écrire de livre il y a encore trois ou quatre ans.

«Sauf qu'il y a tellement, mais tellement de gens qui me disaient "il faut que tu partages ce que tu as vécu toutes ces années-là avec le Canadien". Un moment donné, ça m'a joué dans la tête un peu!», a-t-il admis, dimanche, en entrevue à «Salut, Bonjour!».

Des extraits du livre ont déjà été évoqués dans différents médias au cours des derniers jours. Sur le comportement de Marc Bergevin, le peu d’amis que P.K. Subban avait au sein du groupe de joueurs, ou encore le fait que Dominique Ducharme avait du mal à obtenir tout le respect de ses hommes.

Gervais n’a rien contre Ducharme ou Bergevin. Mais il n’était pas question pour lui de tomber dans les euphémismes au sujet de qui que ce soit.

«Quand tu dis les vraies affaires, malheureusement, tu écorches des gens même si ce sont de bonnes personnes, a-t-il expliqué. Je ne dis pas pour (Mike) Cammalleri et (Max) Pacioretty... ça, je ne suis pas le seul à l'avoir vécu, il n'y a rien de personnel là-dedans! (rires)»

«Oui Dominique Ducharme, oui Marc Bergevin... c'est du bon monde, a-t-il tempéré. Ils sont super fins, gentils, mais que veux-tu que je fasse, c'est comme ça.»

«Si un jour ils écrivent un livre, je n'aurai pas de trouble s'ils écrivent ce qu'ils veulent sur moi», a-t-il ensuite indiqué.

Non, ce livre n’a rien d’un règlement de comptes. Gervais garde un amour indéfectible pour l’organisation du Canadien de Montréal.

«J'adore l'organisation du Canadien, elle a de la classe, m'a toujours bien traité, je n'ai rien à dire contre eux», a-t-il assuré.

Voyez l’entretien complet en vidéo principale.