Canadiens de Montréal

Matheson n'est pas là pour jouer les figurants

Publié | Mis à jour

Mike Matheson a été au cœur de l’action face aux Flyers de Philadelphie, hier. Que ce soit pour les bonnes ou les moins bonnes raisons.

Le défenseur de 28 ans a dû se mettre dans le bain rapidement à son premier match officiel dans l’uniforme de l’équipe de son enfance après avoir été blessé à un muscle abdominal tôt durant le camp d’entraînement.

«C’est sûr que je n’ai jamais joué avec les joueurs de l’équipe, sauf [Mike] Hoffman et ‘’Dady’’ [Evgenii Dadonov] en Floride [avec les Panthers]. Quand j’ai commencé la première période, je n’étais pas trop sûr de ce que les autres faisaient, mais c’est normal, ça va venir, c’est naturel. Plus que je vais jouer de matchs, ça va devenir de mieux en mieux», a assuré Matheson au terme de la victoire du Canadien, 5 à 4 en tirs de barrage.

Débuts ardus

Ses débuts n’ont pas été faciles. Il était sur la glace pour les deux premiers buts des visiteurs au Centre Bell, et ce, à ses deux premières présences. S’il a raté sa couverture sur la première séquence, il n’a rien à se reprocher sur la seconde. Owen Tippett a utilisé Joel Edmundson comme écran et la rondelle a dévié sur le bâton de l’arrière. Matheson n’a été qu’un témoin impuissant.

«Après la première période, on se parlait et on se disait que le hockey trouve toujours un moyen de te tester, a-t-il raconté. Ça serait trop facile de commencer le premier match et de scorer sur le premier shift. On a bien rebondi.»

Le natif de Pointe-Claire, sur l’île de Montréal, ne voulait rien savoir d’un rôle de figurant. Il s’est ressaisi, gagnant en rythme, en assurance, en vitesse. Il a bien relancé l’attaque et la chimie avec Edmundson semblait au rendez-vous.

Un but, une pénalité

Matheson a même vécu l’ivresse de marquer à son premier match avec le Canadien devant ses proches. Bien avancé dans l’enclave, il a accepté une passe de Nick Suzuki pour déjouer Carter Hart d’un tir à sa droite, donnant les devants 3 à 2 au CH en milieu de deuxième période.

«C’est sûr que c’est spécial. C’est un moment que je ne vais pas oublier. C’est difficile à décrire», a-t-il dit.

Mais 63 secondes avant de retraiter au vestiaire, le numéro 8 du Tricolore a écopé d’une double mineure pour bâton élevé. Un long quatre minutes que ses coéquipiers ont écoulé avec succès.

Très occupé

Martin St-Louis n’a pas craint de l’utiliser en fin de troisième quand le CH tentait d’égaler le pointage. L’entraîneur-chef l’a aussi envoyé dans la mêlée en prolongation. Il s’est illustré autrement, en bloquant un lancer. Il a terminé sa soirée de travail avec 24 min 22 s.

C’était donc un bon premier test pour Matheson, et physiquement, il a répondu présent.

«C’était incroyable de le voir ce soir [hier]. Il a tellement travaillé fort pour revenir au jeu. Il était en grande forme. On est bien content de le revoir avec nous», a lancé Brendan Gallagher.

«Il est un phénomène, il n’a jamais l’air fatigué. Il est constitué différemment, a renchéri Edmundson. [...] Sa présence est importante. Il peut jouer plusieurs minutes et sa rapidité est un atout lors de différentes situations. C’est un bonus de l’avoir avec nous.»