Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

Football universitaire RSEQ

Les Mustangs veulent «faire taire» Kevin Mital

Simon Baillargeon

Publié | Mis à jour

«Ils vont jouer contre une vraie offensive. C’est la seule chose qui compte.»

Habitué de déranger l’adversaire avec ses paroles, Kevin Mital a réussi une fois de plus à piquer ses rivaux, vendredi, durant la conférence de presse d’avant-match. Et cette fois, il l’a fait alors qu’il se trouvait à une heure de route du Stade Alumni, lieu de la rencontre avec les médias.

• À lire aussi: Tout est en place pour un autre classique

• À lire aussi: « On aime ça aller gâcher des partys »

Le receveur de passes toujours bien en verve ne s’est pas gêné pour dire qu’il croyait que les Mustangs n’avaient pas eu l’occasion de se frotter à une attaque comme celle du Rouge et Or.

Une affirmation qui n’a pas plu au joueur défensif par excellence de la conférence ontarienne Daniel Valente Jr. Le vétéran demi défensif originaire de London n’a pas l’intention de laisser le receveur vedette du Rouge et Or jouer les trouble-fêtes sur son terrain.

Quand un journaliste local lui a demandé s’il avait l’intention de plaquer encore plus fort Kevin Mital, le choix de quatrième ronde du Rouge et Noir d’Ottawa n’a pas hésité.

Attaque imposante

«C’est sûr. Quand quelqu’un pense qu’il peut venir ici et pense que nous n’avons pas eu affaire à des joueurs comme lui, je sens qu’il nous sous-estime. S’il veut nous sous-estimer, il peut bien le faire parce qu’on va le faire taire [smack him in the mouth] le jour du match», a-t-il promis.

Mis au fait des propos de Valente Jr., Mital en a rajouté un peu plus tard en après-midi.

«On va voir demain. Toutes les équipes ont dit ça toute la saison. Qu’est-ce qui est arrivé ? C’est nous autres qui jouent encore. Ça ne me dérange pas.»

«Ils n’ont pas affronté une attaque comme la nôtre. Ça, je pense que c’est vrai. On a une offensive qui fait de tout», a-t-il ajouté.

Sous la loupe des Mustangs

N’empêche, le numéro 8 du Rouge et Or semble avoir fait l’objet d’une attention spéciale durant la semaine de préparation. Valente Jr. a rappelé que ses coéquipiers n’avaient jamais affronté «de joueur aussi dominant en termes de nombre de réceptions et de touchés».

Le sympathique vétéran a raconté que son coéquipier Sam La Roue s’est même «transformé» en Kevin Mital lors des entraînements afin d’aider la défensive à mieux se préparer. La Roue a même porté le numéro 8 lors des exercices.

«Il a couru les tracés. Il a regardé les vidéos de Kevin. Il reproduit ses faits et gestes vraiment bien», a indiqué Valente Jr.

«Pas de regrets»

Le demi défensif étoile des Mustangs Daniel Valente Jr. a encore frais en mémoire la défaite de son équipe à la Coupe Vanier de 2018 contre le Rouge et Or au PEPS. Et il souhaite à tout prix éviter de revivre le même cauchemar.

Pour que scénario ne se reproduise pas, le mot d’ordre dans l’équipe est de ne pas avoir de regrets, a-t-il souligné.

«Plusieurs des joueurs de l’équipe étaient là en 2018, incluant moi. Et je me rappelle quitter le terrain en pleurs, regarder mes coéquipiers pleurer aussi. Je ne veux pas revivre ça du tout. Je ne veux pas que ce soit mon dernier match», s’est-il souvenu.

«Je dis aux gars : "pas de regrets. Si tu dois regarder une autre heure de vidéo, fais-le. Si tu dois tasser un peu l’école cette semaine, fais-le"», a-t-il dit en rigolant.

Digne d’une retraite fermée

Le Rouge et Or est logé dans un hôtel situé à près d’une heure de route de London et n’a pas pu s’entraîner une dernière fois sur le terrain du Stade Alumni. Mais pas question de se faire du mauvais sang pour autant.

Les joueurs apprécient le Oakwood Resort, en bordure du lac Huron, qui s’apparente beaucoup plus à un lieu de villégiature qu’à un hôtel. Le site est digne d’une retraite fermée.

L’ambiance est bonne et les joueurs ont eu beaucoup de plaisir à faire leur «walk-through» dans une des salles de réception. «Je pense que ça rapproche les gars. Le trajet est long, mais c’est un trip de "boys". On s’adapte», a rigolé le receveur de passes Kevin Mital.

Pour Glen Constantin, le fait que l’équipe soit placée si loin des activités de la Coupe Mitchell n’est pas une distraction.

Un coup de main de Dame nature ?

Après une Coupe Yates disputée sous la neige à London, il semble que les flocons ne feront pas partie du paysage samedi après-midi. Météomédia prévoit du temps nuageux avec éclaircies et un maximum de -4 degrés Celsius. Par contre, le mercure pourrait chuter jusqu’à -12 avec le refroidissement éolien, selon les prévisions.

À la blague, l’entraîneur-chef, Greg Marshall, a dit qu’il aurait bien aimé recevoir encore une fois un peu de neige, question de compliquer la vie du jeu aérien du Rouge et Or. «Il va tomber six pieds de neige à Buffalo, peut-être qu’on peut en amener un peu ici», a-t-il blagué en faisant référence à la gigantesque tempête de neige qui a frappé la ville américaine, située à un peu plus de 200 kilomètres à l’est de London.