Crédit : @RocketLaval

LAH

Le Rocket remporte un match interminable

Publié | Mis à jour

Au bout d’une séance de tirs de barrage qui s’est étirée à la huitième ronde, le Rocket de Laval a pris sa revanche sur les Monsters de Cleveland en les battant 5 à 4, samedi après-midi, à la Place Bell.

La période de prolongation, disputée à vive allure, n’a pas fait de vainqueur, si bien que la fusillade a été nécessaire. Plusieurs joueurs ont trouvé le fond du filet, mais c’est Brandon Gignac qui a déjoué une fois pour toutes le gardien Jet Greaves. À l’autre bout de la patinoire, Kevin Poulin a fermé la porte devant Samuel Knazko.

Le portier des Monsters a été mitraillé de 51 lancers pendant le temps régulier. Malgré cet assaut, Greaves n’a cédé que quatre fois. La réussite de Danick Martel, avec 5 min 58 s à compléter, a toutefois forcé la prolongation.

Gignac, lui, était visiblement très heureux de trouver le fond du filet. L’attaquant a réduit l’écart à 3 à 2 d’un tir des poignets à la mi-rencontre, mimant ensuite de lancer dans la foule le singe sur son épaule puis de l’écraser avec son patin. Le Repentignois a ainsi mis un terme à une séquence de 10 matchs sans marquer.

C’est tout ce que ç’a pris au Rocket, puisque Lucas Condotta a créé l’égalité 41 secondes plus tard. Xavier Simoneau a également secoué les cordages au premier vingt.

Du côté des Monsters, Owen Sillinger a eu raison de Poulin deux fois. Le gardien québécois, qui a aussi été battu par David Jiricek et Trey Fix-Wolansky, a bloqué 19 lancers.

Laval a terminé la rencontre avec seulement 16 patineurs en raison des blessures de l’attaquant Gabriel Bourque et du défenseur Mattias Norlinder.

Vaincus par ces mêmes Monsters 7 à 3 la veille, les hommes de l’entraîneur-chef Jean-François Houle bénéficieront de plusieurs journées de congé avant de se mesurer aux Canucks d’Abbotsford, mercredi.