Tennis

Tsitsipas battu par Rublev : «c'est une honte»

Publié | Mis à jour

Ce fut un autre match sans lendemain fort disputé à cette finale de l’ATP, un peu comme l’avait été celui entre Félix Auger-Aliassime et Taylor Fritz la veille. Et au final, c’est Andrey Rublev qui a prévalu sur Stefanos Tsitsipas, 3-6, 6-3 et 6-2.

Le Russe, sixième favori à Turin, affrontera donc le Norvégien Casper Ruud (3e) en demi-finale vers 15h aujourd’hui, heure du Québec.

Mais au-delà du jeu et du résultat, ce qui a retenu l’attention dans ce duel, ce sont les propos du Grec, clairement déçu, en conférence de presse.

«C’est une honte, a-t-il laissé tomber. J’avais l’impression que j’étais le meilleur joueur sur le terrain [hier]. J’avais l’impression que je pouvais être plus créatif. Je n’ai même pas besoin de le dire, je crois que c’était assez évident.»

«Mais oui, il a prévalu avec les quelques outils qu’il possède [he prevailed with the few tools that he has], a poursuivi Tsitsipas. Il a vraiment été capable d’en tirer avantage et de gagner.»

L’analyse de Rublev

«Les quelques outils qu’il possède.» Cette déclaration, dans un sport où les joueurs ont pris l’habitude de se lancer des fleurs, même quand elles ne sont pas méritées, a été rapportée au gagnant du jour par un journaliste, qui a relevé que «pareille honnêteté était rare».

Et cela a poussé le Russe à analyser son jeu et celui de Tsitsipas.

«Je ne sais pas si je ne possède que quelques outils, ou pas. Mais si on y va coup par coup, je pense que son revers est meilleur que le mien. Mais pas son coup droit. Son service n’est pas plus rapide. Mais il est plus vite», a énuméré Rublev.

Des matchs souvent serrés

Bon joueur, l’athlète de 25 ans a tout de même souligné «qu’évidemment [Tsitsipas] est meilleur que moi. Il a obtenu de meilleurs résultats dans sa carrière. C’est clair, ça ne fait aucun doute.»

Mais le Russe en a remis en rappelant que leurs affrontements ont souvent été serrés.

«Il n’y a qu’en finale à Monte-Carlo où il a très bien joué et qu’il m’a démoli [6-3 et 6-3, en 2021].»

Pour la petite histoire, Rublev et Tsitsipas s’affrontaient pour la 11e fois de leur carrière, hier. Le Grec a eu le meilleur six fois.

Et hormis leurs deux affrontements en Grand Chelem et la finale du tournoi «Next Gen» de 2018, seulement trois de leurs confrontations se sont jouées en deux manches.

Le Russe en a remporté deux des trois.

Malgré ce coffre à outils peu garni aux dires de son rival, Rublev a obtenu hier sa première qualification pour la demi-finale du championnat de fin de saison, à sa troisième tentative.

Après une première manche durant laquelle il a multiplié les fautes directes – 12 au total –, le Moscovite s’est repris en deuxième et n’a plus rien lâché.

Au set ultime, il a brisé dès le deuxième jeu. Tsitsipas lui a finalement offert la victoire sur un plateau d’argent, commettant deux doubles fautes fatales à sa dernière présence au service.

«[Je suis fier] d’avoir continué à me battre. Je me suis dit que peu importe s’il jouait bien, j’allais tout donner, sur chaque balle», s’est réjoui Rublev.

«Je me suis amélioré au fil du match et à la fin, j’ai renversé le scénario en ma faveur. Je suis heureux.»