LNH

LAH : 5 Québécois qui pourraient être rappelés

Agence QMI

Publié | Mis à jour

La saison dans la Ligue américaine de hockey est encore jeune, mais plusieurs joueurs d’ici font tout leur possible pour recevoir un appel de leur équipe affiliée dans la meilleure ligue de hockey au monde.

En voici cinq exemples...

1. Alex Barré-Boulet - Crunch de Syracuse

Le petit attaquant québécois a déjà eu sa chance avec le Lightning de Tampa Bay et le Kraken de Seattle, mais son passage dans la Ligue nationale de hockey (LNH) a été quelque peu infructueux. Il semble toutefois avoir mis les bouchées doubles pendant la saison estivale, lui qui menait le circuit avec 21 points en 14 rencontres, dont quatre buts, avant les matchs de vendredi.

2. Anthony Richard - Rocket de Laval

Le Canadien de Montréal a une telle contingence en attaque qu’il était inconcevable que l’ailier québécois amorce la saison dans la LNH. Il a tout de même impressionné par sa fougue et sa vitesse lors du camp d’entraînement, et a continué sur sa belle lancée avec le Rocket. Malgré le début de saison difficile du Rocket, il pointe au sommet des buteurs de la ligue avec 11 buts en 16 matchs.

3. Zachary Fucale - Bears de Hershey

La route vers la LNH de cet ancien choix de deuxième ronde du CH a été sinueuse. Après avoir porté les couleurs de neuf formations professionnelles dans l’AHL et l’ECHL, il a finalement eu droit à ses débuts avec les Capitals de Washington la saison dernière. Il a épaté à ses premiers matchs dans la LNH, mais est de retour avec le club-école de Hershey cette saison. Son taux d’efficacité de ,919 et le mauvais début de saison des «Caps» laissent croire qu’il aura sa chance d’ici la fin de la campagne.

4. Samuel Bolduc - Islanders de Bridgeport

Le défenseur lavallois a connu une difficile deuxième campagne professionnelle, en 2021-2022, où il a terminé la saison avec sept points en 57 matchs et un différentiel de -10. C’est une tout autre histoire cette saison: il a amassé 12 points en autant de rencontres, dont sept sur le jeu de puissance. En cas de blessure du côté des «Isles», l’arrière de 21 ans, ancienne sélection de deuxième tour, pourrait avoir sa chance dans la LNH.

5. Benoit-Olivier Groulx - Gulls de San Diego

Le fils de l’entraîneur-chef du Crunch, Benoit Groulx, a déjà joué 18 matchs dans la LNH, la saison dernière, mais ses débuts ont peut-être été précipités. Même s’il évolue avec la quatrième pire équipe de l’AHL, l’attaquant de 22 ans a inscrit quatre buts et 12 points en 14 matchs. Bons derniers dans la LNH, les Ducks pourraient se débarrasser de plusieurs vétérans d’ici la date limite des transactions pour s’assurer de terminer dans la cave du circuit. S’il continue sur cette lancée, Groulx pourrait profiter de cette situation.