Crédit : AFP

Formule E

La Formule E adopte de nouvelles règles

Publié | Mis à jour

Avec le lancement des monoplaces électriques de troisième génération, le championnat de Formule E a modifié quelques-uns de ses règlements à l’aube de sa neuvième saison, avec notamment l’ajout d’un «mode attaque» encore plus puissant.

À l’instar de la Formule 1 et d’autres grands championnats de course automobile, la FE adoptera finalement un nombre de tours défini pour ses épreuves. Pendant ses huit premières années d’existence, le championnat donnait un temps limite pour qu’une course soit complétée. Des tours de prolongation pourront toutefois être ajoutés en cas de voiture de sécurité ou de drapeau jaune généralisé.

La Formule E continuera de développer son «mode attaque» qui en fait sa spécialité en ajoutant «l’attaque chargée» lors de certains ePrix. En s’arrêtant aux puits pendant 30 secondes, les voitures pourront bénéficier de deux périodes «d’attaque chargée» qui fera passer la puissance de leur moteur de 300 à 350 kilowatts.

Cette nouvelle poussée d’énergie remplacera en quelque sorte le «Fanboost», une impulsion de cinq secondes qui était offerte aux pilotes par le vote des amateurs.

«L’association gagnante entre les améliorations sportives, la performance accrue de la voiture, la batterie à la fine pointe de la technologie et les innovations pour “l’attaque chargée” rendra notre championnat encore plus compétitif et divertissant, en plus de mettre en valeur le développement de l’énergie électrique», a expliqué vendredi par voie de communiqué le président-directeur général de la Formule E, Jamie Reigle.

Finalement, les écuries devront offrir deux séances d’essais libres à des recrues afin de continuer à former les pilotes de demain. Ceci permettra aux plus jeunes d’apprivoiser le championnat électrique, qui est bien différent des autres séries plus traditionnelles.

Le premier ePrix de la saison 2023 se tiendra au Mexique, à l’Autodromo Hermanos Rodriguez, le 14 janvier.