Crédit : AFP

F1

Verstappen assume et contre-attaque

Publié | Mis à jour

Max Verstappen a assumé jeudi avoir refusé au Brésil de laisser passer son équipier Sergio Pérez pour lui permettre de prendre la 2e place au Championnat du monde de Formule 1, et a accusé les médias d'explications « ridicules » et « dégoûtantes ».

Dans le dernier tour du Grand Prix du Brésil la semaine dernière, Red Bull a demandé à Verstappen, assuré depuis longtemps de son deuxième titre de champion du monde, de laisser passer Pérez pour le gain d'une sixième place qui, bien qu'anecdotique, aurait permis au Mexicain de passer devant Charles Leclerc (Ferrari) au deuxième rang mondial. 

Verstappen a refusé. 

C'est droit dans ses bottes qu'il est revenu sur l'incident, jeudi, lors d'une conférence de presse avant le GP d'Abou Dhabi, dernière manche de l'année: « au final je n'ai rien fait de mal, c'est juste que les gens ont mal compris ce qui s'est passé. »

S'il a refusé, Verstappen a expliqué que c'était en réaction à « quelque chose qui s'est passé plus tôt dans la saison ». 

Selon la presse spécialisée, le Néerlandais pense que Pérez a fait exprès d'avoir un accident à Monaco en fin de qualification, empêchant Verstappen de finir son tour et le contraignant à partir derrière lui en course. Au final, Pérez avait gagné et Verstappen terminé 3e. 

Jeudi, Pérez a rejeté ces « spéculations » et dit qu'il n'avait « pas fait exprès ». Il a ajouté que Red Bull voulait gérer ça « en interne ».

À chaud à Sao Paulo cependant, le Mexicain n'avait pas mâché ses mots: « ça montre qui il est vraiment », avait-il réagi en communication radio. 

Red Bull reconnaît « quelques erreurs »

« S'il a deux titres, c'est grâce à moi », avait également ajouté « Checo », en référence aux nombreux coups de main que ce lieutenant a offerts à son leader, en 2021 comme en 2022. Cette année en Espagne par exemple, Pérez avait, lui, accepté l'ordre de son équipe de laisser passer « Mad Max », qui avait fini victorieux. 

Mais Verstappen n'a pas le même point de vue: « Me rabaisser comme ça est assez ridicule. Toutes les choses que j'ai lues sont assez dégoûtantes », a-t-il lancé, accusant les médias de nourrir par ailleurs les critiques acerbes reçues sur les réseaux sociaux.

« Ils (sur les réseaux, NDLR) ont commencé à attaquer ma famille, ils ont menacé ma sœur, ma mère, ma petite amie, mon père. Et pour moi, cela va beaucoup trop loin, surtout quand vous ne savez même pas tout ce qu'il se passe », a-t-il regretté. 

Jeudi, Red Bull a reconnu avoir fait « quelques erreurs au Brésil » dans un communiqué et dit qu'elle « acceptait le raisonnement de Max », qui affirme l'avoir expliqué en amont de la course au Brésil.

L'équipe a ajouté que « Max n'a été informé qu'au dernier virage de la demande d'abandon de position sans que toutes les informations nécessaires aient été relayées ». 

Pourtant, des images de caméra embarquée montrent que Verstappen a été invité à cette politesse bien avant, certes dans le dernier tour, mais à plusieurs reprises.