Canucks c. Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

David Savard : «une personne incroyable»

Publié | Mis à jour

Il y a un seul chandail au plafond du Nationwide Arena. Il s’agit du numéro 61 de Rick Nash, la première grande vedette offensive des Blue Jackets. On ne hissera jamais le 58 de David Savard, mais il restera toujours une figure populaire en Ohio.

Savard a porté l’uniforme des Blue Jackets pour 597 matchs, ce qui le place au cinquième rang de l’histoire de l’équipe. Encore aujourd’hui, près de deux ans après son échange avec le Lightning, il a encore une influence palpable au sein des Jackets.

Croisé dans les corridors de l’amphithéâtre avant le match de mardi soir contre les Flyers de Philadelphie, Zach Werenski a parlé avec un grand bonheur de son ancien coéquipier.

À l’image des Kaiden Guhle, Jordan Harris, Arber Xhekaj et Johnathan Kovacevic, Werenski a profité des conseils du défenseur à la grosse barbe à ses débuts dans la LNH en 2016-2017.

«Tu vois ce qu’il fait sur la glace, il s’occupe des intangibles, a raconté Werenski qui s’absentera pour le reste de la saison d’une sérieuse blessure à une épaule. Il bloque des tirs, il joue en infériorité numérique, il protège une avance en fin de rencontre et il frappe. Il a toujours des minutes difficiles.»

«Mais à l’extérieur de la patinoire, Savy est tout simplement génial. Tu veux graviter autour de lui. Quand tu es jeune, tu as besoin de te tourner vers un joueur comme lui. Il a facilité mon intégration au niveau de la LNH.»

Un premier partenaire

Vladislav Gavrikov a marqué le but gagnant en prolongation dans un gain de 5 à 4 contre les Flyers. Le défenseur de 26 ans avait déjà le sourire facile dans le vestiaire des Jackets, mais il était tout aussi heureux de glisser quelques mots au sujet de Savard.

Choix de 6e tour des Jackets en 2015, Gavrikov a fait son entrée à Columbus pour les séries de 2019, mais il s’est établi comme un défenseur régulier en 2019-2020.

«J’ai appris beaucoup de Savy, a répliqué Gavrikov. Il était mon premier partenaire à la ligne bleue dans la LNH. Il m’aidait sur la glace, mais aussi à l’extérieur de la patinoire. J’arrivais de la Russie, c’était ma première saison en Amérique du Nord. J’avais besoin d’un guide. Il m’a beaucoup aidé. Il me faisait rire aussi.»

«Il a fait plusieurs choses pour moi à l’extérieur de la glace, a-t-il continué. Je peux simplement le remercier. Il y a un paquet de petites choses du quotidien où il pouvait m’aider. Je lui posais des questions et il me répondait toujours avec le sourire. Il a un grand cœur. Il était une âme importante à l’intérieur de ce vestiaire.»

La bonne culture

Martin St-Louis parle souvent de son désir d’implanter une bonne culture à Montréal.

S’il n’a pas le statut d’une étoile, Savard est le type de joueur qui contribue à dénicher la recette gagnante. Werenski en est persuadé.

«Savy serait l’un de mes premiers choix pour établir une bonne culture au sein d’une équipe, a expliqué Werenski. Il n’est pas un défenseur spectaculaire, mais il fait toutes les choses que tu cherches à enseigner pour devenir un joueur complet dans la LNH. Si je partais une équipe et que je voulais inculquer une culture gagnante, Savy serait clairement au sommet de ma liste. Il est une personne incroyable.»

Brad Larsen, l’entraîneur en chef des Jackets, partageait la même opinion.

«Je ne suis pas surpris de constater que David joue un rôle de grand frère à Montréal. J’étais un entraîneur adjoint à Springfield pour les débuts de David dans la Ligue américaine (2010-2011). Il sortait des rangs juniors et il était un défenseur offensif. Il avait gagné le titre de défenseur de l’année dans la Ligue canadienne de hockey (2009-2010).»

«Mais il a trouvé une façon de virer son jeu à l’envers. Il est devenu un défenseur très complet, un gars défensif qui bloque des tirs. On le surnommait le bûcheron à Columbus avec sa grosse barbe. Il a des ecchymoses sur son corps, mais il ne se plaint jamais. Oui, il est un bon défenseur, mais il est aussi une très bonne personne.»

Avec 52 tirs bloqués, Savard se retrouve au deuxième rang de la LNH cette saison.