Crédit : AFP

Tennis

Pourquoi Djokovic aime s’entraîner avec Auger-Aliassime

Publié | Mis à jour

Le Serbe Novak Djokovic est devenu après le Norvégien Casper Ruud le deuxième joueur à se qualifier pour les demi-finales de la finale de l’ATP, mercredi. 

Djokovic, septième favori à Turin, a facilement disposé du Russe Andrey Rublev, 6-4 et 6-1. Le « Djoker » a mis moins de 1h10 min pour venir à bout de son rival, qui s’est complètement effondré au 10e jeu de la manche initiale, qui était jusque-là très serrée.

Cette victoire de Djokovic signifie qu’il pourrait retrouver Félix Auger-Aliassime dans le carré d’as. 

Bien sûr, rien n’est encore joué pour le Québécois : afin d’accéder aux demi-finales, Félix devra vaincre l’Américain Taylor Fritz, huitième tête de série, jeudi.

S’ils devaient s’affronter samedi, Auger-Aliassime et Djokovic n’en seraient pas à leurs premiers échanges sur le central du Pala Alpitour. Les deux joueurs se sont entraînés ensemble, à la veille du tournoi.

Intensité et dévouement

Et l’ancien numéro 1 mondial a expliqué mercredi qu’il aimait avoir son jeune rival comme partenaire de frappe.

« Il amène beaucoup d’intensité sur le terrain et c’est quelque chose que j’apprécie, a répondu le Serbe à la question du Journal, en conférence de presse. Il est très dédié et c’est quelque chose qui lui tient à cœur. »

« Il a une très bonne équipe autour de lui. Il est sur la bonne voie », a-t-il poursuivi.

Un rival respectueux

Le mois d’octobre exceptionnel qu’a connu le joueur de 22 ans – et ses trois titres de suite - n’a pas échappé au détenteur de 21 titres en Grand Chelem.

« Il a une grande éthique de travail et c’est un joueur très complet, a généreusement poursuivi Djokovic. Il s’est amélioré de façon exceptionnelle dans les six ou 12 derniers mois. Ses résultats le montrent. »

Ne tarissant pas d’éloges, le vétéran a également qualifié Auger-Aliassime « de très bonne personne ».

« Il salue tout le monde et il est très respectueux. Ce qui, à mon sens, est très important. Les jeunes joueurs doivent respecter ceux qui ont en quelque sorte pavé le chemin pour eux. »

... mais il vise la revanche

Mais attention, Félix : même si « Djoko » te lance des fleurs, il n’a pas oublié que tu l’as battu en septembre, à la Coupe Laver. « Si je dois l’affronter ici, j’aimerais bien lui retourner la faveur », a-t-il lancé, sourire en coin.

Même s’il est lui aussi en grande forme en ce moment – Djokovic n’a perdu que deux matchs en quatre tournois depuis Wimbledon – le Serbe ne prend toutefois pas ce possible match revanche à la légère.

« Nous savons tous de quoi il est capable. Nous savons qu’il est un des meilleurs joueurs au monde. Il joue très bien sur toutes les surfaces. Il peut être une menace partout et aspirer aux plus grands titres sur la planète. »