Kingsbury

Crédit : Photo d’archives, Didier Debusschere

Sports amateurs

Mikaël Kingsbury gonflé à bloc

Publié | Mis à jour

Si certains athlètes de haut niveau s’accordent une saison plus relaxe au cours d’une année postolympique, ou même une année sabbatique dans certains cas, Mikaël Kingsbury a une approche totalement différente.

Le médaillé d’argent des Jeux olympiques de Pékin a quitté, mardi, en direction de la Finlande en prévision de la première Coupe du monde qui se déroulera le 3 décembre, à Ruka.

«C’est important de partir en force et de montrer aux autres que je suis l’homme à battre, a expliqué Kingsbury, qui a ajouté trois Globes de cristal à son riche palmarès l’an dernier. Je ne suis pas en Coupe du monde dans le but de faire une balade dans le parc. C’est une saison aussi importante qu’une année olympique. Le mois de novembre, c’est long et j’ai hâte que ça parte.»

La longue pause estivale a été salutaire pour le triple médaillé olympique qui se voit maintenant sur les pentes de Cortina d’Ampezzo en 2026 s’il demeure en santé, alors qu’il souhaitait y aller une année à la fois au terme de la dernière saison.

«J’avais seulement besoin d’une pause, a souligné Kingsbury au sujet de son hésitation à confirmer qu’il poursuivrait jusqu’aux Jeux de 2026. Je voulais séparer les deux cycles olympiques. Si tout se passe comme prévu, je serai en Italie pour les prochains Jeux. Ma blessure en 2020 combinée à la pandémie a été difficile à vivre. C’était lourd avant 2022.»

«J’avais besoin d’être près de mes proches que je n’avais pratiquement pas vus pendant deux mois avant Pékin, de poursuivre Kingsbury. C’était mon choix parce que je voulais réduire au maximum les risques de contracter la COVID-19 avant les Jeux, mais ce n’est pas ça la vie et ce n’est pas de cette façon que je suis le plus efficace. Je referais la même chose, mais ce n’est pas le fun.»

Le spécialiste des bosses de 30 ans en a profité pour s’offrir un voyage en compagnie de sa copine, et le couple s’est aussi fait construire une résidence dans les Laurentides.

Motivation additionnelle

Professionnel jusque dans le bout des ongles lorsqu’il a rencontré les médias au terme de sa descente en finale à Pékin, Kingsbury convient que sa deuxième place derrière le Suédois Walter Wallberg l’a incité encore plus à terminer la saison en force.

«Tant mieux si ma médaille d’argent m’a fait rebondir encore plus fort, a-t-il imagé. Walter a fait une super bonne descente en Chine, mais j’aurais pu gagner avec n’importe quel autre panel de juges. Nous pratiquons un sport jugé et c’est la réalité.»

Wallberg et le Japonais Ikuma Horishima, qui ont pratiquement monopolisé tous les podiums avec Kingsbury l’an dernier, dont celui des Jeux, seront de nouveau les plus sérieux rivaux de la fierté de Deux-Montagnes, sans oublier le Français Benjamin Cavet.

Une 2e médaille à l’enjeu

Kingsbury a une bonne raison de se réjouir en prévision des Jeux de 2026. Le CIO a ajouté l’épreuve en duel à sa programmation.

«Je suis vraiment content d’avoir une autre chance de médaille. Il était temps. On poussait pour cet ajout, mais je ne pensais plus que ça arriverait avant la fin de ma carrière. C’est vraiment spécial d’avoir deux chances de médaille. Dans une descente de 25 secondes, tu as le gun sur la tempe parce que tes chances de médaille sont de zéro dès que tu commets une erreur.»

À sa 13e campagne en Coupe du monde, Kingsbury est le seul survivant au sein de l’équipe canadienne.

«L’équipe a changé et plusieurs ont pris leur retraite. La dynamique est différente qu’à mes débuts. Il y a moins de filles, mais les gars sont très solides et nous ne sommes qu’à quelques années de redevenir une puissance mondiale. J’ai hâte de me retrouver avec un autre Canadien sur le podium et de voir des Canadiens plus souvent en finale.»

Même s’il travaille principalement avec Michel Hamelin, Kingsbury a retrouvé avec plaisir un de ses bons chums qui est de retour au bercail après un séjour aux États-Unis. L’ancien bosseur Philippe Marquis a en effet été embauché comme entraîneur de l’équipe Next Gen pendant la saison morte.