Crédit : AFP

Coupe du monde 2022

Les États-Unis veulent «changer l'image du soccer américain», dit Pulisic

Publié | Mis à jour

Christian Pulisic, capitaine de l'équipe de soccer des États-Unis, a estimé mercredi à Doha que la Coupe du monde qui débute dimanche au Qatar serait l'occasion de changer la perception internationale du « soccer » américain, alors que les USA retrouvent le Mondial après huit ans d'absence. 

« Ce n'est peut-être pas le sport le plus populaire aux États-Unis, mais nous voulons changer la façon dont le monde voit le soccer américain. C'est l'un de nos objectifs », a déclaré « Captain America » à l'AFP lors d'une rencontre avec un groupe de journalistes au camp de base de la sélection américaine à Doha.

L'attaquant de Chelsea a été à l'avant-garde de la renaissance des États-Unis, disparus de la scène mondiale du foot depuis une mémorable défaite (2-1) à Trinité-et-Tobago en octobre 2017, qui avait mis un terme à leurs espoirs de qualifications pour la Coupe du monde en Russie il y a quatre ans. 

Cette défaite avait conduit à un remaniement radical de la sélection, avec l'arrivée d'une nouvelle génération de jeunes joueurs doués techniquement qui ont su se frayer un chemin à travers une difficile campagne de qualification de la CONCACAF. 

« Au cours des dernières décennies, nous n'avons pas été au niveau de certaines des grandes puissances mondiales. Mais nous avons eu de bonnes équipes avec beaucoup de cœur », a admis Pulisic.

« Je pense que nous pouvons passer à l'étape suivante avec une Coupe du monde réussie », a-t-il ajouté.

À 24 ans, l'Américano-Croate est une sorte de vétéran dans les rangs américains. Il porte sur ses épaules une forte responsabilité qu'il savoure à l'approche du premier match des États-Unis contre le Pays de Galles, programmé lundi prochain, dans le groupe B où évoluent aussi l'Angleterre et l'Iran. 

« Je ne vois pas du tout cela comme un fardeau. Pour beaucoup, jouer une Coupe du monde et représenter son pays c'est l'apogée d'une carrière. Et c'est ce que je suis venu faire. J'ai réalisé beaucoup de choses que je voulais faire. Mais la Coupe du monde, c'est quelque chose en plus de tout ça. C'est quelque chose que j'ai toujours voulu », a-t-il dit. « C'est un rêve qui m'a accompagné toute ma vie. »

La performance de la sélection US cette année se lira aussi en regard de la prochaine Coupe du monde de football, en 2026, que les États-Unis co-organiseront avec le Canada et le Mexique.