Crédit : Thierry Laforce / Agence QMI

Alouettes de Montréal

Les Alouettes en ont soupé des distractions

Publié | Mis à jour

Les joueurs des Alouettes sont unanimes : ils ont une «écœurantite» des distractions reliées à des événements qui ne se passent pas sur le terrain de football.

C’est ce qui est ressorti des réponses qu’ils ont émises cette semaine sur la venue d’un nouvel instructeur-chef prochainement.

«Nous ne savons pas qui sera l’entraîneur-chef, mais nous aimerions que ce ne soit pas une distraction. [...] Une fois que le choix sera fait, nous aimerions ça juste pouvoir nous concentrer sur le football», a déclaré le maraudeur Marc-Antoine Dequoy.

«Nous avons besoin de quelqu’un qui peut nous mener à la terre promise, a pour sa part dit le porteur de ballon William Stanback. Il doit prôner les bonnes méthodes pour nous faire franchir les obstacles. Nous n’avons plus besoin de distractions dans cette organisation. Nous en avons eu beaucoup dernièrement, avec les changements, les échanges et les congédiements.»

«Que ce soit un entraîneur proche des joueurs ou un entraîneur plus strict, je veux simplement quelqu’un qui partage le même état d’esprit que les joueurs.»

En 2022 chez les «Als», le congédiement de Khari Jones suivi de la prise du poste sur une base intérimaire par le directeur général Danny Maciocia a fait couler beaucoup d’encre. Les joueurs ont également eu à composer avec les déclarations incendiaires du propriétaire minoritaire Gary Stern sur Twitter et l’arrestation de l’un de leurs coéquipiers (Christophe Normand) en lien avec des accusations de leurre d’adolescente dans un but sexuel.

Un choix qui aura un gros impact

Dans les prochaines semaines, Maciocia amorcera sa besogne de la saison morte en dénichant son remplaçant. Il est très difficile de prédire s’il donnera une promotion à l’un de ses entraîneurs ou s’il décidera d’embaucher quelqu’un qui œuvre pour une autre organisation. Il y a cependant une certitude : son choix aura un impact sur les possibles retours de certains joueurs-clés comme le receveur de passes Eugene Lewis et le quart-arrière Trevor Harris. Contrairement à Dequoy et Stanback, les deux hommes pourraient bénéficier de leur autonomie prochainement.

«Je veux vraiment savoir qui sera l’entraîneur-chef avant d’apposer ma signature en bas d’un contrat», a indiqué Lewis.

«Bien sûr que ça influencera ma décision, a quant à lui affirmé Harris, en ajoutant que sa motivation principale était de voir ses receveurs et ses porteurs de ballon obtenir du succès.

«Pour y arriver, nous devons avoir un bon entraîneur-chef et un bon coordonnateur à l’attaque. J’ai confiance que Danny mettra les bonnes personnes en place. Je ne sais pas si je serai de retour, mais nous serons fixés très bientôt.»