LNH

LNH: obliger l’équipement résistant aux coupures?

Publié | Mis à jour

Les directeurs généraux de la Ligue nationale de hockey (LNH) ont procédé à une autre séance de remue-méninges, mardi, lors d’une rencontre, afin d’améliorer le produit sur la glace.

Au vu du récent incident impliquant l’attaquant Evander Kane, des Oilers d’Edmonton, les 32 hommes se sont questionnés sur la possibilité d’obliger les patineurs à porter de l’équipement résistant aux coupures.

Les directeurs généraux ont pu visionner une vidéo de l’incident impliquant Kane, mais aussi une autre impliquant le Finlandais Waltteri Merela, qui a récemment été coupé au poignet par une lame de patin, lors d’un match dans son pays natal.

Dans le cas de Kane, il est d’abord tombé sur la surface glacée dans un match des siens contre le Lightning de Tampa Bay, le 8 novembre, puis Pat Maroon, qui passait par là, a accidentellement heurté le poignet de son adversaire avec sa lame de patin. Le patineur de la formation albertaine s’est immédiatement relevé par lui-même, alors que du sang était visible sur la patinoire. Il a ensuite été opéré et sera absent pour plusieurs mois. Voyez les images dans la vidéo ci-dessous.

kane video -

Kane ne porte pas d’équipement résistant aux coupures ni d’équipement composé entre autres de Kevlar.

«C’est dur de changer les habitudes d’un joueur», a mentionné le vice-président exécutif senior des opérations hockey du circuit Bettman, Colin Campbell, au sujet de la possibilité d’obliger les joueurs à porter de telles pièces d’équipement, lui dont les propos ont été repris par le média Daily Faceoff.

«Ils ne veulent simplement pas changer [leurs habitudes], même si leur mère ou leur femme vous diraient qu’elles souhaitent le contraire.»

Laisser le choix, mais...

La Ligue nationale a mis l’accent sur le fait de laisser chaque joueur décider pour lui-même de ce qu’il préfère. Par contre, l’idée d’implémenter une règle obligeant les nouveaux venus à porter de l’équipement résistant aux coupures et de laisser les joueurs déjà dans la ligue choisir pour eux-mêmes est une autre option.

C’est d’ailleurs ce qui avait été fait en 2013-2014, au moment d’obliger la visière sur les casques. Aujourd’hui, seulement une poignée de joueurs profitent de ce droit acquis, tandis que les autres sont obligés de la porter.

«Les produits résistants aux coupures sont disponibles pour tous les joueurs qui souhaitent les essayer durant le camp d’entraînement ou même durant la saison, a mentionné un porte-parole de l’Association des joueurs, dans un communiqué émis à l’intention de Daily Faceoff. Ça demeure tout de même un choix pour chaque joueur.»