Renaud Lavoie

Le plan de Hughes peut-il changer?

Le plan de Hughes peut-il changer?

Renaud Lavoie

Publié 15 novembre
Mis à jour 15 novembre

Cette phrase un peu farfelue, le directeur général des Canadiens l’a entendue. Depuis quand peut-on reprocher à une équipe professionnelle de trop gagner? La question mérite quand même qu’on s’y attarde parce que les attentes étaient relativement basses cette saison. Rappelez-vous que Kent Hughes avait dit, au début du mois d’octobre, que le développement allait être la priorité, une façon de dire qu’il ne fallait pas s’attendre à trop de victoires avec cette équipe. 

Le DG des Canadiens souligne présentement qu’on est au mois de novembre et que de bonnes équipes ont connu des difficultés dernièrement. On peut penser aux Penguins ou aux Blues. «Le développement est encore la priorité, souligne Kent Hughes. Mais la culture dans la chambre est primordiale. Il y a de très bonnes équipes talentueuses qui n’avaient pas une bonne culture qui ont connu des difficultés avec les années. Alors si on continue à gagner, on va le faire avec nos jeunes dans la formation tant et aussi longtemps que leur jeu ne baisse pas. Ça ne changera pas.»

Hughes peut-il changer d'idée? 

Mais au delà de tout ça, il y a quand même une réalité. Les Canadiens gagnent et les partisans semblent très heureux de retrouver le chemin de la victoire. Est-ce que ceci pourrait changer les plans de l’équipe si jamais il faut faire une transaction ou deux pour aller chercher de l’aide en vue des séries ? «J’aime toujours demeurer flexible. Mais est-ce qu’on va échanger le futur de l’équipe si on bataille pour une place dans le "wild Card"? Je serais très surpris.»

Une chose est certaine, Kent Hughes est très heureux de son choix comme entraîneur-chef avec Martin St-Louis en poste. Il souligne que ce dernier n’hésite pas à consulter les autres pour trouver les réponses à ses questions. Pour ce qui est de Kirby Dach, il le voit encore comme un joueur de centre mais présentement il ne croit pas qu’il faut le changer de trio alors qu’il connaît beaucoup de succès avec Nick Suzuki et Cole Caufield.

Le plan de Hughes peut-il changer? (Renaud Lavoie à «JiC», 15 novembre) -

La reprise vidéo

La beauté des réunions des directeurs généraux de novembre, c’est que tout est sur la table. Rien n’est laissé au hasard pour déterminer quels sont les changements qui doivent être apportés ou non la saison prochaine. 

Faut-il s’attendre à des gros changements? Présentement non. Une discussion a eu lieu sur la pénalité pour retarder le match lorsqu’un joueur envoie la rondelle dans les gradins en zone défensive. Est-ce qu’on devrait permettre aux officiels d’avoir accès à la reprise vidéo? La réponse pour le moment est non parce que la LNH devrait ajouter d’autres caméras dans les amphithéâtres. Mais on ne sait jamais.

Pour ce qui est du hors-jeu, il y a eu des suggestions du genre «si un but est marqué 7 secondes après le hors-jeu, on devrait l’accorder. C’est une réflexion un peu simpliste parce qu’il faut aussi déterminer quand partir le chronomètre. Autre suggestion : s’il y a hors-jeu, mais que l’équipe défensive ne reprend pas possession de la rondelle, on devrait aussi accorder le but. Ça amène une autre question. Quelle est la définition de prendre possession de la rondelle? On l’a vu l’an dernier dans un match des Canadiens. Lors d’une pénalité à retardement contre le Tricolore, un joueur avait dégagé le disque rapidement, mais l’arbitre avait refusé de siffler parce qu’il disait que le joueur des Canadiens n’avait pas possession de la rondelle...du grand n’importe quoi. Et cet événement démontre à la LNH qu’il y a toujours une question de jugement qui entre en ligne de compte ce qui complique la tâche de tous.

Reste que présentement, les dirigeants disent qu’un hors-jeu est un hors-jeu, point final. Qu’un but à la «Michigan» soit annulé en raison d’un hors-jeu n’est pas la fin du monde. La LNH devrait s’en remettre.

Autre point intéressant, cette fois sur les lancers de pénalité. On sent que certaines équipes pensent qu’il y en a trop. Mais encore là, la LNH a maintenant comme philosophie que l’offensive prime sur la défensive dans tous les aspects du jeu. Alors ça risque de demeurer tel quel.

Pour ce qui est des gardiens, une étude sera faite sur les filets qui semblent sortir plus souvent des amarres. Est-ce la technologie qui est problématique ou les gardiens qui ont trouvé une nouvelle façon de retarder les rencontres? On aura probablement la réponse à la prochaine réunion des directeurs généraux en mars.