Crédit : AFP

Tennis

Rublev lance un autre message à la paix

Publié | Mis à jour

Il venait de gagner un véritable marathon à cette finale de l’ATP. Une rencontre arrachée à son compatriote Daniil Medvedev, si éreintant qu’une fois la balle de match remportée, Andrey Rublev s’est laissé choir sur le sol du Pala Alpitour de Turin, épuisé. 

Mais quand il s’est relevé, après la poignée de main d’usage à son rival puis à l’arbitre, après avoir salué la foule, le Russe est allé signer la lentille de la caméra.

Et comme il l’avait à Dubaï, au moment où son pays venait d’envahir l’Ukraine, plutôt que de la dédicace habituelle, le sixième favori y est allé d’un appel à la paix.

Crédit photo : Capture d'écran

«Paix, paix, paix. C’est tout ce dont nous avons besoin», a signé Rublev.

Lundi s’ouvrait à Bali la rencontre du G20, mais en conférence de presse après sa victoire de 6-7 (7), 6-3, 7-6 (7) au détriment de son ami, le Russe a assuré qu’il n’y avait aucun lien entre cette journée particulière et son message.

«J’ai déjà fait plusieurs déclarations à ce sujet cette année, a-t-il commenté en conférence de presse. Aujourd’hui, j’avais une autre occasion [de passer un message] et j’ai fait ce que je ressentais.»

«Nous étions deux Russes sur le terrain. Ce n’est pas quelque chose que j’avais en tête, ça m’est venu naturellement», a-t-il ajouté.

Des représailles?

Questionné à savoir s’il craignait des représailles de la part de son pays, où pareil geste n’est pas autorisé, Rublev a répondu qu’il « ne savait pas ».

Mais il a réitéré l’importance de « la paix » dans le monde. «C’est important, spécialement à notre époque, a poursuivi le natif de Moscou. Nous avons internet. Nous avons une vie facile. Nous pouvons voyager, faire du sport, prendre soin de notre famille.»

«Personne ne veut souffrir, mais plusieurs pays souffrent. C’est pourquoi je crois qu’il est important de se rassembler et de prôner la paix.»