Carabins

Photo : Les joueuses des Carabins soulèvent le trophée après leur victoire du championnat canadien. Crédit : Photo courtoisie, Rouge et Or

Soccer

L’or pour les Carabins

Publié | Mis à jour

Dans une finale canadienne de soccer féminin toute québécoise disputée dimanche au PEPS, les Carabins ont défait le Rouge et Or de l’Université Laval par la marque de 1 à 0 pour remporter le deuxième titre national de leur histoire.

Joueuse par excellence du RSEQ, Mégane Sauvé a servi une savante passe à Justine Lalande qui a inscrit le seul but du match à la 75e minute. 

Le Rouge et Or a tout tenté dans les dernières minutes pour pousser la rencontre en prolongation, mais les Bleus ont tenu le coup.

Si le Rouge et Or a remporté les deux duels en saison régulière, les Carabins ont eu le meilleur en finale provinciale et canadienne.

« C’est un grand jour pour notre programme et nous sommes très contents, a souligné l’entraîneur-chef Kevin McConnell. Cette victoire montre que nous faisons les choses de la bonne façon parce que nous sommes toujours là ou presque. Après deux défaites en saison régulière, cette victoire est encore plus saillante. Crédit à Laval qui a joué un très bon match, mais nous avons réussi à gagner quand ça comptait. La différence a été de croire en nos capacités et les filles y ont cru tout le long. »

Carabins soccer
Crédit photo : Photo courtoisie, Rouge et Or

Vive Déception

Dans le camp adverse, David Desloges était évidemment déçu de la tournure des événements, mais il était rempli de fierté du parcours de ses protégées. 

« Ce n’est pas une saison anodine qu’on vient de connaître, a mentionné le pilote lavallois. C’est la sixième médaille de l’histoire du programme, la première d’argent. On vient de connaître l’une des meilleures saisons et c’est ce que je vais me souvenir. »

« Je suis déçu du résultat et mes pensées vont à nos finissantes, mais je suis fier de notre parcours en saison et cette semaine au championnat, de poursuivre Desloges. Crédit à Montréal qui a été la meilleure équipe aujourd’hui [dimanche]. On a vécu un scénario de rêve d’essayer de gagner un titre national à la maison, mais la magie n’a pas opéré en finale, ce qui n’enlève rien à ma fierté. »

Auteure d’une passe décisive en finale, Mégane Sauvé a aussi marqué deux buts lors des deux premières rencontres, ce qui lui a valu le titre de joueuse par excellence du tournoi.

Joueuse par excellence

« Ça termine bien ma carrière et celle de plusieurs joueuses, a souligné la joueuse par excellence du RSEQ. C’était notre objectif dès le départ et on n’y a pas dérogé. On a eu beaucoup d’obstacles. On s’est relevé à chaque fois et trouvé des solutions. On courait, on courait à nos entraînements à 6 h du matin pour ce moment-là. On voulait être lucides et être capables de la mettre dedans quand l’occasion se présenterait. »

Habile sur le jeu décisif, Sauvé a aussi distribué les compliments après le match. 

« Pour que tu puisses avoir du succès offensif, ça prend des joueuses derrière. Notre gardienne [joueuse par excellence en finale] a fait des arrêts clés et nous a amenées en finale. Et nos défenseures sont exceptionnelles. Ce n’est pas un objectif de recevoir des honneurs individuels, mais je suis reconnaissante et ça fait du bien. »

Une médaille d’argent difficile à accepter

L’attaquante Léa-Jeanne Fortier ne voulait pour rien au monde rater la finale canadienne.

Blessée à un pied en quart de finale et réserviste en demi-finale, la recrue par excellence au pays était de retour comme partante pour la rencontre ultime. 

« On ne vit pas une finale canadienne souvent et je voulais aider mon équipe, a souligné Fortier. Mon jeu n’a pas été affecté. Ma blessure n’est pas une excuse de ne pas avoir marqué. C’est décevant de perdre et difficile de regarder l’ensemble de l’œuvre, mais nous avons connu une merveilleuse saison. »

Difficile à digérer

Pour la gardienne Myriam Labrecque qui disputait son dernier match en carrière, la défaite était difficile à encaisser. 

« En théorie, la médaille d’argent est meilleure que celle de bronze de l’an dernier, mais il y a un goût amer. Ce n’est pas la façon dont je voulais terminer ma carrière. »

Manque d’opportunisme

Le Rouge et Or a profité de quelques occasions, mais sans réussir à capitaliser. 

« Nous avons un problème depuis longtemps à profiter de nos chances de marquer quand on domine et le scénario s’est malheureusement répété en finale, a-t-elle raconté. Il manque la petite étincelle pour que le ballon se retrouve dans le filet. Les Carabins sont très fortes en contre-attaque et elles ont profité de leurs chances. C’est rare que je dis ça, mais je suis très fière des filles et de la façon dont nous avons joué. Je vais leur dire dans le vestiaire et les remercier de m’avoir amenée jusqu’en finale. »

Louanges pour Sauvé

Kevin McConnell a été élogieux envers sa joueuse étoile Mégane Sauvé. 

« C’est une joueuse formidable comme on peut le voir très rapidement, mais comme personne elle est encore plus formidable. »

Sauvé a été touchée par les propos de son coach. 

« Ça fait chaud au cœur, a-t-elle exprimé. Ça fait six ans que je côtoie Kevin et le personnel et ils ont toujours eu 100 pour cent confiance en moi et m’ont grandement développée. Au-delà de ce qui se passe sur le terrain, j’ai grandi comme personne et je les remercie. »

Sauvé avait aussi une pensée pour l’équipe de football des Carabins qui s’est inclinée à la Coupe Dunsmore sur le dernier jeu du match, samedi, sur le même terrain. 

« On a regardé le match, c’était crève-cœur comme défaite et on voulait terminer la fin de semaine en beauté. »