JiC

«Il a ça dans le sang»

Publié | Mis à jour

Martin St-Louis est né pour être entraîneur, c'est du moins ce qu'en pense Tony Marinaro dans son segment Le Colisée à JiC lundi soir. 

«Il faut admettre que dans la vie, il y a des gens qui sont des naturels, qui sont nés pour faire quelque chose. Martin St-Louis, coacher, il a ça dans le sang», établit d'entrée de jeu Tony.

Jean-Charles et son collaborateur sont revenus sur l'embauche de St-Louis au mois de février dernier. «Beaucoup de gens riaient de [St-Louis], comme quoi c'était un coach de pee-wee, que son embauche était digne d'un club optimiste. Je peux te dire que plus personne ne rit de lui maintenant», ajoute Marinaro alors que JiC convient à son tour que l'entraîneur des Canadiens fait taire ses détracteurs match après match.

Depuis l'arrivée de l'ancien numéro 26 du Lightning et des Rangers derrière le banc du Tricolore, l'équipe présente une fiche de 22-25-5 en 52 rencontres (37 en 2021-22 et 15 en 2022-23). Sur une saison complète, c'est un rythme de 77 points, ce qui est loin d'assurer une place en séries éliminatoires. 

Toutefois, c'est lorsqu'on isole les résultats des 15 premières rencontres de la saison que le fruit du travail de St-Louis est observable. La fiche de 8-6-1 du bleu-blanc-rouge est identique à celle d'un club considéré comme prétendant en les Panthers de la Floride. Aussi, seulement neuf équipes ont plus de victoires que les Montréalais dans la Ligue nationale de hockey (LNH).

«Ce n'est pas une coïncidence»

Les partisans en conviendront, victoire comme défaite, les matchs des Canadiens sont plaisants à regarder cette saison. Les joueurs se plaisent à jouer sous St-Louis, et ça se ressent à travers l'écran.

Ce qui transperce l'écran, et qui se traduit sur les feuilles de pointage, c'est le rendement des jeunes Nick Suzuki et Cole Caufield. «Ce n'est pas une coïncidence que ces deux-là aient autant de succès. Le talent leur sort par les oreilles, et St-Louis les laisse jouer», remarque Marinaro. 

«Tu regardes Caufield sur la glace, à l'entraînement, dans le vestaire, il est tout le temps en train de sourire. [...] Le mot commence à se passer dans la Ligue nationale : c'est le fun de jouer à Montréal, et ça c'est grâce à St-Louis», observe pour sa part Jean-Charles.

Depuis le début de la saison, le nouveau capitaine des Canadiens présente une fiche de 10 buts et 9 aides en 15 affrontements. C'est bon pour le dixième rang des pointeurs dans toute la ligue. Caufield, lui, a 31 filets et 20 passes en 52 rencontres depuis l'embauche de St-Louis. C'est un rythme d'un point par match et de cinquante buts sur une saison complète.

Voyez l'entretien complet entre les deux hommes dans la vidéo en tête de l'article.