Crédit : AFP

Tennis

Nadal renversé par un Fritz impérial

Publié | Mis à jour

Il est rentré dans cette finale de l’ATP par la porte arrière, profitant du forfait du numéro 1 mondial Carlos Alcaraz. Mais dimanche à Turin, c’est l’Américain Taylor Fritz qui a réussi le beau coup d’éclat de la journée, laminant l’Espagnol Rafael Nadal 7-6 (3) et 6-1.

Tout en puissance, la huitième tête de série de la compétition n’a mis que 1 h 37 min pour venir à bout de «Rafa».

Un «Rafa» en manque de matchs, qui a peu joué – et surtout peu gagné – depuis son forfait à la veille de la demi-finale de Wimbledon, en juillet.

«[Fritz] a joué de façon incroyable, a louangé l’Espagnol, favori de la compétition, dimanche. J’ai joué une première manche décente, mais pas la seconde.»

Impérial au service, l’Américain de 25 ans, qui en est à sa première présence au championnat de fin d’année, n’a offert aucune balle de bris à Nadal, le favori de la compétition.

Aucun titre en 10 présences

Le favori sur papier, du moins, car jamais la légende aux 22 titres majeurs n’est parvenue à s’imposer à ce tournoi, en 10 participations.

Et s’il espère rebondir pour atteindre le carré d’as, le nouveau papa – d’un petit garçon qui s’appelle... Rafael – reconnaît que les conditions ne sont pas idéales pour lui.

Depuis son abandon au All England Club, en raison d’une blessure aux abdominaux, Nadal, 36 ans, n’a joué que sept matchs, incluant celui de dimanche. Quatre se sont soldés par des défaites.

«Je fais de bonnes choses à l’entraînement dernièrement, mais cela ne se reflète pas dans mes matchs», a-t-il regretté.

«J’ai besoin de matchs pour retrouver ma confiance, a-t-il ajouté. Ce n’est pas le tournoi idéal ni le moment idéal de la saison pour revenir sur le circuit après un moment d’absence.»

Il y a tout de même eu dans ce match quelques coups spectaculaires, typiques du Nadal des beaux jours dans ce match. Comme cette volée du revers, alors que Fritz menait 6-5 au set initial.

Mais l’Espagnol a commencé à s’enliser quand il a commis une double faute d’entrée de jeu au bris d’égalité de la première manche.

Le numéro 2 mondial – qui pourrait terminer l’année au sommet malgré ce revers – a ensuite été incapable de contrer les attaques de Fritz au second set, même sur son propre service. Il a concédé pas moins de neuf balles de bris, réussissant à en sauver sept.

Et maintenant, Félix

En raison de cette défaite, Nadal retrouvera maintenant Félix, mardi. Les deux joueurs se sont affrontés à deux occasions, chaque fois sur terre battue, la surface de prédilection de «Rafa».

Leur première confrontation, il y a trois ans, a été toute en la faveur de «l’ogre de l’ocre». La seconde, à Roland-Garros cette année, s’est rendue à la limite des cinq manches.

Sans s’attarder sur le défi que pouvait représenter le Québécois, cinquième favori à Turin, sur un revêtement rapide, l’Espagnol a souligné la récente séquence de victoires d’Auger-Aliassime.

Et il a rappelé l’importance de ce match : «Le perdant devra sans doute plier bagage», a concédé Nadal.