Crédit : AFP

F1

George Russell complète le travail et obtient sa première victoire en F1

Publié | Mis à jour

Coup double et victoire retrouvée pour Mercedes! Le Britannique George Russell a remporté sa première victoire en Formule 1 dimanche au Grand Prix du Brésil, devant son coéquipier Lewis Hamilton, et offre au constructeur allemand son premier succès de la saison.

«Je suis sans voix, dans le tour de retour aux stands beaucoup de souvenirs sont remontés à la surface», a réagi, très ému, le poleman à l'arrivée de l'avant-dernière manche de la saison.

Les Mercedes devancent les Ferrari de l'Espagnol Carlos Sainz, 3e et du Monégasque Charles Leclerc.

Russell, 24 ans, s'impose au terme d'un GP rythmé dès le début par une voiture de sécurité, puis les accrochages de Max Verstappen (Red Bull) avec Lewis Hamilton, et celui de Charles Leclerc avec Lando Norris (McLaren) à la reprise de la course.

Parti 3e sur la grille, Verstappen, déjà assuré de son deuxième titre de champion du monde cette année, termine à une inhabituelle 6e place.

Le Néerlandais a notamment été reconnu coupable de son accrochage avec Hamilton, et comme Leclerc, il a été contrait de repasser par les stands pour réparer sa monoplace, perdant de nombreuses places sur le tracé d'Interlagos à Sao Paulo.

Crédit photo : AFP

Mercedes contre Ferrari

Mercedes revient de loin puisque tout au long de la saison, le constructeur allemand a cherché tant bien que mal à se défaire des problèmes liées aux nouvelles règlementations de la saison, qui l'ont empêché de rivaliser avec Red Bull.

Pour l'équipe allemande, octuple championne du monde de F1 chez les constructeurs, c'est le premier succès depuis le GP d'Arabie Saoudite en décembre 2021, et le premier doublé depuis 2020, avec Valtteri Bottas en lieu et place de Russell.

Au championnat des constructeurs, ce doublé lui permet de revenir à 19 longueurs de Ferrari, toujours deuxième avant la dernière course de la saison, le week-end prochain à Abou Dhabi.

Chez les pilotes, derrière Verstappen, Charles Leclerc et le Mexicain Sergio Pérez (Red Bull), à la lutte pour la deuxième place au général, repartent du Brésil avec une égalité parfaite de points au compteur (290). Pérez, en difficulté en fin de course, a terminé 7e au Brésil.

Aucun des deux pilotes, qui terminent derrière leurs coéquipiers respectifs, n'a pu bénéficier des faveurs de Sainz et Verstappen pour grappiller des points.

Le GP du Brésil était le troisième et dernier en 2022 à proposer le format avec qualifications le vendredi, course sprint qualificative le samedi et GP le dimanche.

Le Danois Kevin Magnussen, qui avait signé au volant de sa Haas la première pole position de sa carrière vendredi, a dû abandonner, après un accrochage avec la McLaren de l’Australien Daniel Ricciardo en début de course.

L'autre McLaren de Lando Norris a également abandonné, ce qui fait les affaires d'Alpine.

Au championnat, l'écurie française s'est donné un peu d'air devant la britannique dans leur bataille pour la 4e place, grâce aux 5e et 8e de l'Espagnol Fernando Alonso et du Français Esteban Ocon. 19 points séparent désormais les deux équipes.

Une course en deux temps pour Lance Stroll (Louis Butcher) 

Malgré la récolte d’un point au Grand Prix de Sao Paulo, ce dimanche, gracieuseté de Lance Stroll (dixième à l’arrivée), l’écurie Aston Martin n’a pas été en mesure de combler l’écart avec Alfa Romeo au classement des constructeurs.

Au contraire, elle quitte Interlagos avec un recul de cinq points au tableau. Le cirque de la Formule 1 se déplacera vers Abou Dabi dimanche prochain, pour la 22e et dernière escale du championnat.

Après avoir terminé son parcours au neuvième rang au Brésil, le vétéran Valtteri Bottas a devancé le pilote québécois et inscrit deux points précieux pour Alfa Romeo.

Des millions à l’enjeu

Si les enjeux ne sont plus les mêmes en cette fin de saison, les positions au classement final des constructeurs sont d’une grande importance pour les équipes concernées. On parle ici de millions de dollars de différence entre les sixième et septième rangs que se disputent Alfa Romeo et Aston Martin.

«Cette course a été fertile en rebondissements, comme c’est souvent le cas ici au Brésil. On a été en mesure de profiter de quelques abandons devant nous pour améliorer notre sort en fin de course», a indiqué Stroll, qui réalise un premier top dix à ses quatre derniers départs.

«C’est satisfaisant d’inscrire un point, mais notre objectif était de faire mieux qu’Alfa Romeo. Ce que nous n’avons pas réussi», a renchéri Stroll, dont le coéquipier, Sebastian Vettel, a rallié l’arrivée au 11e rang.

Au banc des accusés

Cette fois, Stroll n’a pas fait les manchettes pour les mauvaises raisons. Mais, force est d’admettre que son comportement sur les circuits lui a valu récemment un tollé de critiques.

Le dernier épisode a eu lieu samedi à Interlagos, quand il a littéralement tassé Vettel dans une manœuvre qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques alors que les deux monoplaces roulaient à près de 300 km/h.

Au GP des États-Unis, il y a quelques semaines, Stroll a été montré du doigt pour avoir provoqué un accrochage à haute vitesse l’impliquant avec Fernando Alonso.

Heureusement, les deux pilotes s’en sont sortis indemnes.

«Vous avez l’exemple parfait de conduite dangereuse. En zigzaguant dans la ligne droite pour défendre votre position, vous risquez de causer un gros accident. À Austin, Stroll aurait mérité une suspension d’une course plutôt qu’une simple pénalité de trois places sur la grille de départ de la course suivante [au Mexique]», a estimé l’analyste et ancien pilote de F1 Jacques Villeneuve.