Crédit : AFP

Tennis

Auger-Aliassime perd son premier match à Turin

Publié | Mis à jour

Ce n’était pas le départ que Félix Auger-Aliassime espérait à la finale de l’ATP, cette prestigieuse épreuve à laquelle il rêvait depuis si longtemps. Battu par le Norvégien Casper Ruud 7-6 (4) et 6-4, dimanche, au Pala Alpitour de Turin, le Québécois se retrouve déjà au pied du mur, de son propre aveu.

Et pour cause: ses prochains adversaires dans ce tournoi à la ronde seront l’Espagnol Rafael Nadal et l’Américain Taylor Fritz, deux joueurs contre qui il n’a jamais gagné. Il lui faudra enchaîner les victoires pour espérer atteindre le carré d’as, les deux meilleurs de chaque groupe se qualifiant pour les demi-finales.

«Ç’aurait été mieux de commencer avec une victoire, c’est sûr, a regretté le cinquième favori. Casper, lui, s’est enlevé un gros poids des épaules. Moi, je dois jouer un peu mieux. Je ne suis pas loin de mon meilleur niveau, mais je peux encore faire mieux.»

En effet, face à Ruud, qui l’a maintenant battu trois fois de suite, Félix n’a pas affiché le même brio que durant son mois d’octobre exceptionnel, au cours duquel il a enchaîné trois titres et 16 victoires.

Bien sûr, au service, comme à l’habitude, tout allait bien. Du moins, jusqu’au bris d’égalité de la manche initiale, qu’il a cédé à Ruud sur une faute directe.

Puis, deux autres erreurs non provoquées ainsi qu’une double faute ont coûté à Auger-Aliassime le septième jeu de la deuxième manche. C’était les deux premières balles de bris du match. Et ce furent les seules.

Ruud, l’as du service?

Car l’autre raison de cette défaite, ce fut l’exceptionnelle constance au service de Ruud. Le Norvégien de 23 ans a présenté des chiffres astronomiques: 75% de points gagnés sur sa première balle et 78% sur sa seconde. Cette seconde statistique est particulièrement impressionnante.

«Je pense que j’ai joué à un niveau proche de celui auquel je suis capable de jouer, sauf quelques points au bris d’égalité, a analysé la fierté québécoise. Mais Casper est très constant, il sert de mieux en mieux, il ne fait pas beaucoup de fautes. C’est rendu un joueur très complet, pas seulement habile sur terre battue.»

Ruud, de son côté, était particulièrement fier d’avoir battu l’un des hommes forts de cette fin de saison. Surtout sur cette surface rapide, le dur intérieur, sur laquelle Félix a excellé récemment.

«Félix est en feu en ce moment. Pour le stopper, je devais disputer mon meilleur tennis, et c’est ce que je suis parvenu à faire [dimanche].»

Prêt et motivé

Le joueur de 22 ans ne sait pas encore qui il affrontera mardi. Ce sera le perdant de la rencontre opposant Nadal à Fritz plus tard aujourd’hui, les deux autres compétiteurs du groupe «vert».

Mais Félix a assuré qu’il était «motivé». Le sixième mondial a expliqué qu’il se servira de son expérience acquise à la Coupe ATP, en début d’année, pour tenter de remonter la pente. À cet événement, comme à la finale de l’ATP, une défaite au premier match ne mène pas directement à une élimination.

En janvier à Sydney, Auger-Aliassime avait perdu son premier match contre Fritz avant d’aider le Canada à remporter le tournoi.

«Je suis prêt. Ce n’était pas ma journée [dimanche], mais je suis prêt à relever le défi», a-t-il assuré.