Boxe

Était-ce le dernier combat de Dicaire?

Publié | Mis à jour

Ayant encaissé la défaite samedi soir en Angleterre, la boxeuse québécoise Marie-Ève Dicaire devra décider si, à 36 ans, elle veut poursuivre ou non sa carrière sportive.

Dicaire Angleterre
Crédit photo : Photo courtoisie Boxxer, Lawrence Lustig

« On ne veut jamais prendre de décisions quand on est rempli d’émotions comme ça, a-t-elle indiqué, dans le vestiaire, après avoir perdu contre la Britannique Natasha Jonas. La pire chose que tu peux faire, c’est d’annoncer quoi que ce soit, sur un coup de tête. Chose certaine, je ne suis pas inquiète. Je sais que peu importe la direction que je vais prendre, il y a encore de belles choses qui s’en viennent pour moi. »

Plusieurs options

Dicaire a différentes options devant elle, à titre de conférencière ou encore dans le monde des médias. Le promoteur Yvon Michel croit pour sa part qu’elle pourrait très bien effectuer d’autres combats de boxe.

« Peu importe ce qu’elle va décider, je vais respecter, mais si elle veut continuer et qu’elle en a envie, on sera là, a indiqué Michel, après le revers de sa protégée contre Jonas. Elle n’a pas boxé sur le ring comme quelqu’un qui avait le goût de s’en aller. Je vais la rencontrer cette semaine, et c’est sûr que je vais lui offrir d’autres combats. »

« Les promoteurs, nous sommes comme des maîtres aux échecs, nous pensons toujours trois ou quatre coups à l’avance, expliquait encore Michel, plus tôt cette semaine. On pense à ce qu’on va faire si elle gagne, si elle perd, si elle gagne de manière serrée, si elle perd de manière serrée... J’ai des plans pour toutes les circonstances. »

Or, Dicaire a perdu, de manière plus ou moins serrée.

Un style de vie particulier

Ce n’est pas la première fois que l’athlète originaire de Saint-Eustache évoque la possibilité de prendre sa retraite. Si elle a toujours du plaisir avec son équipe, les dernières années ont été plus difficiles pour elle pendant ses camps d’entraînement.

« Tout est calculé. Je n’ai aucun contrôle sur ma vie, dans le sens où mes entraîneurs décident de mes heures d’entraînement. Et c’est mon conseiller en nutrition qui me dit ce que je vais manger. Ça peut devenir lourd de devoir attendre à une telle heure pour manger ta banane et tes 10 noix, avait-elle noté, avant de partir pour l’Angleterre. Je me couche à 20 h 30. Ce style de vie, je l’ai vécu pendant 16 mois avant de me battre contre Claressa Shields [NDLR : en raison de multiples reports du combat] et huit mois avant le combat contre [Cynthia] Lozano. Je me suis en effet demandé si j’avais vraiment besoin de ça dans la vie. » 

Échos d’Acapulco...  

La semaine a été intéressante pour Yvon Michel et sa carte Aéroplan ; avant de débarquer à Manchester, il était à Acapulco, au Mexique, afin de participer à la convention annuelle du World Boxing Council (WBC).

Ainsi, il a été permis d’apprendre qu’Oscar Rivas pourrait éventuellement affronter Alen « The Savage » Babic ou encore le Belge Ryad Merhy, advenant une victoire contre Lukasz Rozanski, en Pologne, le 25 février.

« On a eu la sanction officielle pour le prochain combat d’Oscar Rivas, à Rzeszow, contre son aspirant Lukasz Rozanski, a indiqué Michel. Puis, il a été déterminé que son combat suivant, en cas de victoire d’Oscar, évidemment, va être contre le gagnant du duel éliminatoire entre Babic et Merhy. » 

Quelques ententes en vue ?  

Puisque le promoteur Yvon Michel perd rarement une occasion de brasser des affaires, il comptait prendre le petit déjeuner avec son homologue Ben Shalom, ce matin à Manchester, avant de rentrer au Québec.

Le jeune Britannique, qui était à la tête du gala de samedi soir en Angleterre, aurait certaines propositions à présenter à Michel. Les deux hommes ont par ailleurs discuté amplement pendant la soirée à l’AO Arena.

Autrement, durant la convention annuelle du World Boxing Council au Mexique, il y a eu des pourparlers pour une nouvelle entente entre le Groupe Yvon Michel et Probellum, pour de la co-promotion, ce qui pourrait amener éventuellement de la visibilité à la télé internationale.