Tennis

À VOIR: Nadal passe près d’assommer Auger-Aliassime

Publié | Mis à jour

«Oh! On a presque eu un rival en moins!» a lancé l’Espagnol Rafael Nadal à la blague, vendredi, lors d’une séance d’entraînement en marge de la finale de l’ATP, qui s’amorce dimanche, à Turin.

Ce rival qui a failli être assommé par le service du numéro 2 mondial, c’est Félix Auger-Aliassime. Félix s’en est tiré sans blessure, comme le montre la vidéo qui s’est promenée sur les réseaux sociaux.

Voyez l'extrait en question en vidéo principale.

Ce sont les risques du métier, après tout. Les risques de s’entraîner avec les meilleurs au monde, quelques jours avant de faire ses débuts au prestigieux tournoi, qui regroupe les huit joueurs les plus performants de la saison, à l’exception de l’Espagnol Carlos Alcaraz, blessé.

Auger-Aliassime en rêvait. Sa fin d’année magistrale – trois titres consécutifs, 16 victoires d’affilée – l’a propulsé parmi l’élite. Vendredi, avec ses sept adversaires de la prochaine semaine, le sixième mondial a pris la pose en veston devant la fameuse Piazza San Carlo. Et derrière le convoité trophée.

Champagne, puis espadrilles

Jeudi, les huit joueurs avaient participé au traditionnel banquet qui lance le coup de l’événement, doté d’une bourse d’au moins 3 millions $ pour le champion. «Jeudi soir, veston et champagne. Dimanche, espadrilles et sueur», a écrit le joueur de 22 ans, le plus jeune de l’épreuve, sur son compte Instagram.

Dimanche, oui, car c’est à ce moment, à 8 h, heure du Québec, qu’il disputera son premier match à ce tournoi qu’il suit de près depuis sa jeunesse. Face à un rival bien connu : son ami le Norvégien Casper Ruud, celui-là même qui l’avait sèchement éliminé en quarts à Montréal, en août dernier.

«Ce sont des souvenirs difficiles, a reconnu Auger-Aliassime vendredi, lors de la journée média. J’ai lourdement perdu devant mes fans, dans ma ville.»

«C’était l’une de ces journées où vous souhaitez quitter le terrain parce que rien ne fonctionne. J’espère un scénario différent cette fois. Je suis sûr que ce sera une rencontre très disputée, mais je crois en mes chances de gagner», a ajouté la cinquième tête de série, selon ce qu’a rapporté le site de l’ATP.

Félix poursuivra ensuite sa route contre l’Américain Taylor Fritz, huitième favori, et face à Nadal, première tête de série. Deux joueurs qu’il n’a jamais battus, même s’il est l’un des trois seuls athlètes de l’histoire à avoir poussé Rafa à disputer une cinquième manche à Roland-Garros, au printemps.

Le Québécois est assuré de jouer au moins trois matchs à Turin, puisque le début de l’événement est disputé sous forme de tournoi à la ronde.

Un casier de rêve

À Turin, Félix a retrouvé un casier à son nom, avec sa photo apposée dessus. Ce n’est assurément pas pour cette raison qu’il avait fait de la finale de l’ATP l’un de ses objectifs de la saison, mais le Québécois a affirmé à l’ATP être charmé par cette initiative propre au tournoi.

C’est d’ailleurs ce qu’il est allé admirer en premier lorsqu’il est arrivé au stade Pala Alpitour de Turin, cette semaine, a-t-il raconté.

Ce fameux casier qu’il voyait lorsqu’il était jeune et qu’il admirait pendant que les meilleures raquettes au monde se disputaient les honneurs du championnat de fin de saison.

«Je me rappelle avoir regardé le tournoi quand j’étais jeune. Ce tournoi m’inspirait et voilà que j’en fais partie. La boucle est bouclée! J’espère que ce ne sera pas la dernière fois», a souri le sixième mondial.