Crédit : AFP

LNH

«Je ne serais pas ici sans mes parents» - Roberto Luongo

Publié | Mis à jour

Roberto Luongo n’a pas grandi dans une famille très fortunée. Ses parents Antonio et Pasqualina travaillaient fort pour joindre les deux bouts lors de certains mois. 

Ils devaient souvent faire de gros sacrifices afin de permettre à leurs trois enfants de jouer au hockey. Trois gardiens en plus.

• À lire aussi: «Il y avait tellement de pression sur nos épaules» -Luongo

• À lire aussi: Tout comme le CH, les Coyotes surprennent

«J’ai eu une pensée pour mes parents lorsque j’ai reçu l’appel, a mentionné Roberto Luongo. Je ne serais pas ici sans eux. Ils ont fait beaucoup de sacrifices quand j’étais jeune.

«On était trois gars qui jouaient au hockey. Ce n’était pas facile pour eux. Ils ont sacrifié leur temps, mais aussi leur argent.»

Une bonne décision

Luongo a chaussé les patins pour la première fois à l'âge de 8 ans. Il a fait ses débuts à l’attaque, mais l’attrait des jambières s’est fait sentir assez rapidement. 

«Je voulais être gardien, mais mes parents ne voulaient pas au début, a mentionné celui qui réside maintenant en Floride. Je jouais aussi au soccer. 

Crédit photo : AFP

«Quand j’ai eu 12 ans, j’ai dû faire un choix parce que je ne pouvais pas faire les deux en même temps. Je pense que j’ai fait le bon choix. 

«J’aimais les deux sports, mais le hockey, c’était ma passion.»

Une quarantaine de membres de la famille de Luongo devrait être présente pour la cérémonie d’intronisation de l'ancien gardien de but.

Des regrets

Lorsqu’il regarde son parcours, Luongo a quelques regrets, comme la défaite des Canucks contre les Bruins de Boston en finale de la Coupe Stanley. 

«Je n’ai pas des regrets pour la façon que j’ai joué, mais bien de la façon que j’ai réagi sur le plan psychologique. Parfois, je prenais trop les critiques des gens à coeur. 

«J’aurais aimé avoir plus de maturité à ce moment-là. J’étais dur envers moi-même. 

«Si je jouais mal, j’amenais cela avec moi jusqu’au prochain match. Ce sont des choses que tu apprends quand tu es plus vieux.»